Chez moi, j'ai peur de l'extérieur.

17:26 Glad Wood 68 Comments


Je vous rassure ceci n'est pas ma porte d'entrée, mais celle de la cave. #Vintage #Cracra ! 
Je vous l'accorde, mon titre est un peu bizarre. Mais je ne savais pas comment résumer cette peur. Parce que voyez-vous, s'il y a bien un truc qui me fait peur, au quotidien, c'est quand pour X raisons, quelqu'un sonne chez moi. Pas très pratique comme "phobie", hein ?

Je ne pensais pas un jour faire un article sur cette partie de moi. Parce que je sais que beaucoup ne comprendront pas, me penseront un peu, beaucoup folle. (Vous n'auriez peut-être pas tort !) Mercredi dernier, ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont eu un aperçu de ça. Et après, j'ai eu besoin de l'écrire, pour me vider du stress que je venais d'avoir, d'un coup d'un seul. Mercredi, alors que je préparais tranquillement mon article du lendemain, quelqu'un sonne. Brutalement, en continu. Je me dirige à la fenêtre, comme toujours et je vois un homme. Je ne le connais pas, je commence à prendre peur. Il hurle dans la rue, il violente un peu la porte et il sonne, encore, encore... J'ai plein de -mauvais- souvenirs qui font surface. Il réussit à rentrer, je ne sais pas comment, personne ne lui a ouvert, je n'ai pas entendu l'interphone se mettre en route. Il claque la porte et je l'entends montrer l'escalier. Il frappe partout, il s’énerve, personne ne lui ouvre. Il est bourré, génial ! Quelques minutes après, il repart, toujours très en colère contre "les connards qu'ouvrent pas !". J'ai mis une demi-heure à reprendre mon calme, à sursauter au moindre grincement de porte. Pourquoi ? Parce que, chez moi, j'ai peur de l'extérieur... Bienvenue dans ma vie !

Je m'explique. Mon appartement, c'est ma coquille. Je m'y sens en sécurité, je m'y sens bien. Comme si chez moi, rien ne pouvait m'atteindre, me faire du mal. Si quelqu'un tente de pénétrer dans mon cocon, je panique. Je connais les heures de la poste. Alors si la sonnette hurle dans l'appartement en dehors des heures, j'ai peur. Je regarde par la fenêtre. Si c'est quelqu'un que je ne connais pas, c'est pire. Mon cœur accélère, je tremble, je me cache. Oui, je me cache. J'éteins tout ce qui fonctionne chez moi et j'attends. Dans mon entourage, mes amis savent pourquoi j'ai ce comportement. Et si je devais l'expliquer ici, sans trop en dire, je dirais simplement que dans mon enfance j'ai vu des choses qu'une enfant ne devrait pas voir, jamais. Et c'est un des traumatismes que je me traîne. Depuis petite, je sais que si quelqu'un cherche à venir chez toi, sans y être invité, ce n'est pas bon. Pas bon du tout. Alors aujourd'hui malgré mes 24 ans, si quelqu'un sonne, ou pire frappe chez moi (ça veut dire qu'il a réussi à rentrer dans l'immeuble, sans que je m'en aperçoive), je redeviens cette gamine qui a peur et qui se cache. 

Et puis cette porte, tellement sécurisante, ça rassure, c'est certain !
Non, ce n'est pas le grenier abandonné de mamie. Mais ma cage d'escalier... VIN-TA-GE ! 

J'ai beau grandir, vieillir, je me traîne encore pas mal de peurs bizarres de mon enfance. Ce n'est pas toujours facile, surtout qu'aujourd'hui j'ai une vie stable et donc certaines de mes réactions sont quasiment incompréhensibles... Je pourrais faire une liste, mais on me ferait interner. Quoi qu'il en soit, c'est bien celle-ci la plus grosse je pense. Heureusement, mes proches le comprennent et ne me font jamais le coup d'une visite improviste. Ou si, mais avec un message quelques minutes avant, que je sache que c'est eux.  (Mais je vérifie tout de même à la fenêtre...) "N'ouvre pas aux inconnus" ! 
Mr le Géant trouvait ça bizarre au début, aujourd'hui si quelqu'un sonne, il ne réagit même plus si je me mets en panique, si je me cache. Il est habitué, il gère "le problème". Sauf qu'il n'est pas toujours là.  Et quand je suis seule, je dois gérer le problème toute seule et là, c'est le drame. De plus, notre rue n'est pas très bien fréquentée. On a toujours des cas, sous alcool ou autres, qui passe en bas de chez nous et notre "immeuble". (Aussi sécurisé qu'un grillage à trous) Alors ce n'est pas rare que des gens louches rentrent. Ce n'est pas rare qu'on sonne chez nous, en pleine nuit et dernièrement qu'on essaie de rentrer chez nous ! (Ce soir-là, croyez-moi, j'en menais vraiment pas large...) Mais j'ai eu une montée d'adrénaline, de courage et j'ai ouvert, couru dans l'escalier pour voir qui avait osé tenter de rentrer, mais je ne sais pas, il a couru trop vite... Bref, le lieu n'est pas assez calme pour la phobique que je suis... Vivement qu'on quitte cette rue et ce fichu appartement ! (On ne parlera pas de mes communs qui tombent en ruine, tout crasseux pour lesquels on paye des charges d'entretiens, oui, oui...) 


Sinon, j'ai aussi une peur panique - hystérique des poules, c'est plus marrant... 
& vous, de quoi avez-vous vraiment peur ? 

You Might Also Like

68 commentaires:

  1. Au début de ton article tu dis "je sais que beaucoup ne comprendront pas", et bien sache que pour ma part ton article me parle beaucoup au contraire. Déjà petite je me cachais quand quelqu'un sonnait à la porte, je m'éloignais des fenêtres au cas où la personne voudrait regarder à l'intérieur ; je ne saurais pas dire à quoi c'est dû. Et aujourd'hui encore j'ai beaucoup de mal à répondre à l'interphone ou quand on tape à la porte, et que je n'attends personne (ou que ce ne sont pas les horaires du facteur, là aussi je me reconnais très bien!). Parfois j'arrive à me faire violence, et parfois j'angoisse trop. C'est vrai que ça peut paraître un peu bizarre ^^" J'ai hâte de lire les autres commentaires pour voir les différents avis que suscitera ton article !
    Belle soirée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je valide petit à petit les commentaires et figure-toi que nous ne sommes pas seules à vivre ça. C'est fou hein, je pensais vraiment être un peu dérangée car personne ne réagit comme ça dans mon entourage ! C'est quand même rassurant, de lire que beaucoup n'aiment pas qu'on s'impose dans leur cocon de tranquillité !

      Supprimer
  2. En effet pas facile comme peur... la gestion au quotidien ne doit pas être facile. Je comprend ce type de peur étrange, limite "space"... La mienne c'est le téléphone. J'ai horreur, mais horreur d’appeler quelqu'un (les institutions administrative, les médecins et même mes amis)

    Par "peur" de déranger surement... Je ne sais pas! Mais quand j'appelle je me transforme en petite fille qui hésite, bute sur des mots.

    En tout cas, bravo à toi d'avoir parler de ça, c'est pas toujours si simple au finale =)

    Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au quotidien, ça va. SAUF quand on sonne chez moi ! Haha
      & pour le téléphone, je te rassure, je suis comme toi. Je ne sais pas avoir une conversation claire quand je suis au téléphone avec les administrations ou quoi. Alors qu'en temps normal, pas de soucis. Ça aussi, c'est louche ! Et encore, je ne réponds pas aux numéros inconnus et aux numéros que je ne connais pas. Je n'aime pas entendre mon téléphone sonner non plus ! Je suis irrécupérable !

      Supprimer
  3. On a chacun nos peurs, qui sont liés à notre enfance, ou non, et qui ne s'explique surtout pas. Alors non tu n'es pas folle :)
    Personnellement j'ai peur des petites lumières dans le noir (genre lumière de machine à café, de lave-vaisselle,...). Quand j'étais petite, ma chambre étant au dernier étage de la maison, je devais emprunter un escalier en bois ouvert sur la cuisine qui se trouvait un étage plus bas. Et dés que je montais, je voyais une lumière rouge qui m'angoissais, et qui me faisais monter les escalier à toute vitesse imaginant un méchant prêt à m'attaquer... Depuis c'est resté... Et non je ne suis pas folle, enfin j'espère :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pauvre, tu serais malheureuse chez moi... Avec tous les appareils en veille de Mr, il n'y a que ça ! Mais non, tu n'es pas folle ! On a toutes des peurs difficilement compréhensible !

      Supprimer
  4. Ah, je peux comprendre cette phobie! Il faut savoir que je souffre de troubles anxieux généralisés, l'interphone qui sonne, le téléphone qui sonne, quelqu'un qui toque à la porte, ça me met vraiment mal à l'aise! Mon trouble s'élargit jusqu'à ce que je n'arrive pas à cuisiner en présence d'une autre personne, que je ne puisse pas finir mon assiette si mes proches me fixent trop en mangeant, que je n'arrive pas à compter mes pièces correctement à la caisse d'un supermarché et que je les fasse toutes tomber par anxiété... pas joyeux haha. J'ai des antécédents, de mon enfance et adolescence, qui m'ont façonnée comme ça. Mes proches savent pas trop comment gérer la chose, je dois dire! Alors je ne suis pas mécontente d'être sous antidépresseurs depuis presque 1 an, car ça devenait invivable et étant donner que je suis en pleine année de bac, j'avais trop peur de tout foutre en l'air donc c'était mon dernier recours. Et ça marche plutôt bien, je vais beaucoup mieux, je revis quoi. Ca fait du bien de ne plus avoir cet électrochoc d'angoisse.
    J'espère que tu parviendra à surmonter ces douloureux sentiments du passé qui te hantent et te causent cette phobie.
    Pour les poules, par contre, t'as raison de te méfier il parait que c'est vicieux!
    -- Cindy, de FromShetoHim

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le téléphone, c'est comme l'interphone. Je déteste quand il sonne ! Surtout le fixe, car peur de personne a le numéro ! La galère de la caisse, ça m'arrive aussi, ce n'est vraiment pas pratique ! Je ne suis pas trop une adepte des antis dépresseurs, des médicaments, tout court, c'est quelque chose qui me fait peur. Mais si ça te permet de vivre beaucoup mieux, c'est très bien ! Car effectivement, dans ton cas ca devait être invivable !

      Supprimer
  5. Mais comme je te comprends ! Je suis pareil, d'autant plus que je suis au chômage pour le moment alors mes journée trop longues je les passes sur mon canapé, dans mon appartement. Alors quand ça sonne ou quoi j'suis pas bien, c'est pas normal.. Je préférerais être de sortie la journée avec des amis ou un boulot, mais j'ai ni l'un ni l'autre, en tout cas pas sur Caen.. De bisous petite apprentie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'inconvénient que tu es chez toi toute la journée, tous les jours : tu es censé ne voir personne, alors quand un imprévu arrive, c'est la panique !
      Je te souhaite de très vite retrouver un boulot, sortir, te changer les idées !
      Bisous ♥

      Supprimer
  6. Olalala je ne savais pas que tu en avais peur à "ce point" (rien de pégoratif la dedans, juste que je ne sais comment m'exprimer...). Quand tu déménagera, peut êtr, et je l'espère, cette peur s'effacera ou tout du moins s'atténuera. Tu es plus forte que ta peur <3.
    Quand j'étais petite j'avais une peur bleue du bruit de motos... (Je t'autorise à te moquer...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, si, si... Je le cache plutôt bien, mais c'est terrible. Le fait que ma ne soit pas très calme n'arrangent pas les choses, mais partout ou j'ai vécu, calme ou pas calme, à partir du moment ou te frappe - sonne sans me prévenir c'est toujours la même angoisse. Je pensais vraiment que ça passerait avec le temps, mais non...
      Et je ne me moquerais pas, parce que petite, le bruit d'une moto est très impressionnant, donc c'est "normal" ;)

      Supprimer
  7. Sincèrement, quand je suis chez moi et que ça sonne surtout, que ça insiste, je ne suis pas du tout rassurée. Je considère tout comme toi, mon "chez moi" comme mon cocon, moins coin à l'abri du reste et pareil, s'y je n'attends personne à part la poste quoi, ben je flippe. J'ai la chance d'habiter maintenant un coin assez calme et d'avoir des voisins sympas, donc, j'ai moins peur qu'avant, mais je peux vraiment comprendre ce que tu éprouve... Ce qui me vient là, juste après t'avoir lue, c'est qu'avec toutes ces casseroles que tu te trimballes on a juste envie de t'offrir le paradis, tu sais, le havre de paix entouré de nuages roses, on a juste envie de te filer un décor de barbie et te dire, vas-y, pose toi, respire, et profite. C'est surtout ça qui me touche là, cette sensation que tu n'es pas en paix ... à l'intérieur, ou qu'en tout cas, tu ne l'es pas encore complètement. Prends soin de toi, n'aies pas honte de tes traumatismes, mais fais leur la peau ! Girl power ! mdr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus je valide les commentaires, plus je me rends compte que je ne suis pas la seule à penser comme ça, je suis rassurée ! JE NE SUIS PAS FOLLE ! (Pas pour ça, en tout cas...) La suite de ton commentaire, une fois de plus me mets dans tous mes états. Le "problème" vois-tu, c'est que si je pouvais y être, y vivre dans ce monde de rêves paisibles, je ne saurais pas en profiter. Parce que je me méfie de tout ce qui est trop beau, trop positif, je m'attends toujours à voir une grosse merde arriver juste après. & d'un côté mes casseroles ou boulets, je sais pas trop, elles sont bien avec moi. Je me suis habitué à les avoir et à vivre avec. C'est con, hein ? Au quotidien, elles ne sont pas si pesantes, elles ont l'air à l'écrit parce que je ne sais pas écrire sur autre chose que sur moi & le négatif, mais dans la vie de tous les jours, elles sont presque invisibles !
      Gros bisous ma copine ♥

      Supprimer
  8. Courage ma pepette !!!!
    Je n'aime pas trop non plus quand ça sonne en dehors des heures de la poste, et même au facteurs je n'aime pas trop ouvrir (un peu dur quand on attend un colis presque chaque mois ^^)
    J'ai horreur de la periode Octore/Novembre, oui cette période, ou les pompiers, les facteurs, les éboueurs sonnent chez nous à 20h pour vendre des calendriers ...
    Pourtant je n'ai jamais eu de traumatisme dans l'enfance ...
    Donc ma "gêne" est vraiment stupide comparé à toi, il n'empêche que je te confirme que tu n'est pas folle et que si on devait mettre quelqu'un à l'asile icic, se serait bien moi ahah :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas plus stupide que la mienne, moi je pense que c'est liée à mon enfance, mais finalement même sans les galères de plus jeunes j'aurais pu réagir comme ça, qui sait ! Les éboueurs & les pompiers, je suis bien heureuse de ne pas les avoirs. Parce que 20h en hiver, bonjour l'angoisse !

      Supprimer
  9. Je comprends cette peur, et non je ne te prends pas pour une folle. J'ai vécu dans un quartier mal fréquenté où chaque soir des personnes hurlaient dans les couloirs ou frappaient contre les murs, comme toi. C'est loin d'être agréable et ça fait vraiment peur, je comprends. J'en avais la trouille, réellement. Et puis, je déteste quand on sonne chez moi alors que je n'attends personne. Je ne peux ouvrir avec mes angoisses et toutes mes interrogations. Alors merci d'avoir partagé cette peur, j'avais moi aussi l'impression d'être la seule à devenir de nouveau une enfant à un simple bruit de sonnette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de te dire que nous ne sommes pas les seules ! Nous ne sommes pas folles, ahh le bonheur ! Pour les cris, les gens violents, je compatis. À chaque fois je suis en colère parce que souvent c'est des gens sous alcool et j'ai un sérieux souci avec les gens bourrés et en même temps je flippe, parce que je sais qu'ils peuvent être violent et complètement sans limite !

      Supprimer
  10. Allez, rassure-toi, ça me fait pareil... même que je ne réponds pas au téléphone des n° inconnus, et je ne réponds pas toujours aux gens qui sonnent à la porte (surtout quand ils veulent aller chez la podologue, porte d'immeuble voisine...). Il doit y avoir un lien avec le Poitou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh l'horreur... Tu sais que j'ai refusé un appartement qui était situé dans le même immeuble qu'un médecin, justement pour ça ! Tu es bien courageuse !
      Le Poitou je sais pas, mais ma rue entre la gare & le centre, c'est vraiment pas une bonne idée !

      Supprimer
  11. Rassure toi, je n'ai sans doute pas aussi peur que toi, ni pour les mêmes raisons, mais pour autant je sursaute toujours au bruit de mon interphone ou de la sonnerie de ma porte et bien souvent je dois prendre mon courage à deux mains pour aller ouvrir, parce que j'attends souvent des colis, mais il m'arrive aussi encore plus souvent de faire comme si je n'étais pas là et d'aller regarder discrètement par le judas qui ose venir m'embêter comme ça sans y être invité. J'imagine que je n'apprécie pas d'être déranger dans mon espace de sécurité par des inconnus qui n'y ont pas été invités :)

    Courage à toi en tout cas avec cette phobie qui ne doit pas être évidente tous les jours. (sans doute moins que celle avec les poules :D )
    Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les poules, c'est gérable, puisque j'habite en centre-ville, enfin sauf depuis qu'ils ont eu la MERVEILLEUSE idée de mettre un enclos avec des poules juste derrière chez moi. Les poules, elles se tirent souvent de leurs enclos et moi, je fais demi-tour comme si j'avais vu un zombie !
      Pour le reste, j'ai de la chance, ça ne sonne pas tous les jours ! Mais quand ça arrive, ce n'est pas génial !

      Supprimer
  12. Sans connaître ton expérience de jeunesse, je comprends que tu aies peur face à de telles situations...

    Pour ma part, j'ai quelques petites frousses : en une semaine, trois amis de mon père (un couple et une femme) se sont fait attaqués chez eux par des braqueurs très violents dans la même semaine. Le rituel était le même : les assaillants débarquaient quand les personnes fermaient les volets le soir, puis rentraient dans la maison. Ensuite attachaient les victimes, les frappaient jusqu'à ce qu'ils disent où est ce qu'ils cachaient de l'argent, ou des bijoux ou autre... La femme a fini à l'hôpital, suite à des brulures au fer à repasser... Et les victimes travaillent au marché, comme mon père, et vivent pas trop loin de chez mes parents. Du coup, j'ai peur qu'ils choisissent leur victime sur le lieu de travail, puis les suivent ou autre... A chaque fois que je suis chez mes parents et je dois fermer les volets, je repense à cette histoire qui est arrivée l'année dernière.

    Autre peur plutôt récente : pendant les attentats de Paris, la nuit du 13 novembre, je me suis retrouvée coincée dehors avec mon chéri. On sortait du cinéma, et bien sûr : plus de métro (la ligne 9 était bloquée) et de toute façon, hors de question qu'on puisse prendre les transports en commun ce soir-là... Les taxis étaient tous pris (du moins, le peu qu'on voyait..). On devait traverser tout Paris. Du coup, on a pris le velib. Et Paris me faisait peur : les ambulances, les pompiers, la police, l'armée, à gauche, à droite... On avançait, sans savoir sur quoi on allait tomber, sans savoir s'il y avait eu de nouvelles attaques. Le Figaro indiquait sur son appli qu'il y avait eu des tirs à Chatelet, du coup on a fait un détour pour au final apprendre que ce n'était pas vrai.. Moi qui n'avait pas fait de vélo depuis des années, et bien je pédalais sans ressentir la moindre fatigue ou autre. On est rentré vers 3h du matin... Mais sain & sauf. Sauf que depuis ce soir là, dès que j'entends des sirènes, mon coeur s'accélère et je ne peux pas m'empêcher d'aller regarder les news sur internet pour voir s'il se passe quelque chose...

    Voilà, rien de très joyeux malheureusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 13 novembre a dû être une nuit de terreur pour beaucoup... Malheureusement !
      Ton histoire me rend triste, parce que sérieusement à notre époque avoir vécu une tragédie aussi... folle, c'est incroyable. Je comprends que tu aies peur quand tu entends une Sirène, cette nuit devait être horrible, tellement chaotique !
      Ma tante était de sortie, pas très loin du bataclan, elle a trouvé refuge chez des riverains cette nuit. Un homme était blessé et il est décédé dans la cage d'escalier. Quand je l'ai revu, elle avait complètement changé. Elle ne se sent plus en sécurité dans Paris, comme beaucoup je pense, quoi qu'on en dise. Et c'est normal.

      Supprimer
  13. Et bien tu n'es pas seule je te rassure, je traine aussi des histoires de famille dans les placards et j'ai à quelque chose prés les mêmes peurs que toi, j'essaie d'y faire face mais au fond ça revient toujours. Courage et quelque part, ça fait du bien de lire quelqu'un qui ressent ça également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on a beau faire avec, ça reste là, dans un coin. J'espère sincèrement qu'avec le temps j'arriverais à le gérer et ne plus avoir cette frousse !
      Et je te le souhaite a toi aussi ! Ça doit être tellement bon de ne plus avoir peur d'une sonnette !

      Supprimer
  14. Rassure-toi tu es bien loin d'être folle ! Je me retrouve vachement dans ton article. C'est assez inexplicable mais quand je suis chez moi je suis toujours stressée que quelqu'un débarque et sonne à la porte parce que je sais que ça va me procurer un stress monstre de devoir ouvrir la porte.. (même répondre au téléphone, j'en ai horreur) ! Tout le monde chez moi trouve ça bizarre et désespère de mes réactions, mais je n'y peux rien, c'est plus fort que moi :/. Ça a quand même tendance à s'améliorer ces derniers temps, j'essaie de dédramatiser même si c'est pas encore gagné.
    Dans ton cas entre le fait que tu te sentes pas vraiment en sécurité là où tu vis, et ces souvenirs dont tu parles, j'imagine que c'est un peu plus compliqué. Mais je te souhaite de vite trouver un autre appartement, je pense que ça t'aidera déjà beaucoup si tu es dans un quartier plus paisible. Et donne toi du temps, ça finira par te paraître moins insurmontable :).

    Ah les poules.. toujours se méfier des bestioles à plumes. J'avais un poussin quand j'étais petite, une fois grand il m'a attaqué à grands coups de becs. J'ai aussi eu droit à une attaque d'oie en furie. Sales bêtes !

    Mais pour répondre à ta question de fin, ma peur à moi ce sont les insectes :x !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que comprendre, tu t'en doutes ! C'est dommage que tes proches désespères de tes réactions, on ne le contrôle pas, c'est comme ça... Tout le monde a des peurs différentes, plus ou moins importantes, il faut faire avec ^^
      Je pense aussi qu'une fois parti de ce maudit logement, ça ira un peu mieux. Une rue moins et mieux fréquentée, ça ne pourra me faire que du bien !

      Les bestioles à plumes sont des démons ! C'est tout ce que j'ai à dire, haha ! Pour ta peur des insectes, je comprends. Je les trouve répugnants, mais je n'ai pas trop peur d'eux !

      Supprimer
  15. eh bien moi j'ai peur des poissons lol si on reste dans le thème des animaux... mais ma plus grande peur c'est de survivre à un de mes enfants... je panique dès qu'ils ont un bobo....
    Je ne te prends pas pour une folle suite à ton récit, ta peur s'explique par ce truc que tu as connu enfant... Et puis de toute façon on vit dans un monde de malade, faut quand même se méfier de tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Être maman, c'est s'inquiéter pour eux, tout le temps, ça doit pas être simple !
      J'aime pas trop les poissons non plus, c'est bizarre je trouve un poisson haha !
      Pour le reste, je suis bien d'accord avec toi, les gens sont fous et incontrôlables, c'est mieux d'être prudent aujourd'hui !

      Supprimer
  16. Tu n'es pas la seule à ressentir cela. Dernièrement j'en parlais à mes parents ! Le pire c'est que je vis seule depuis 5 ans et je flippe toujours autant car mon appartement est sécurisé, peu de personnes connaissent où alors j'ai toujours peur quand quelqu'un frappe à la porte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que si je vivais seule, ça serait beaucoup plus difficile pour moi, tu es bien courageuse !

      Supprimer
  17. Je me reconnais dans tes mots! oh comme je te comprends. Dans mon cas cela s'étend à l'anxiété sociale avec quelques phobies sociales dont celle que tu décris. J'ai beaucoup de mal à être comprise, je pense que c'est surtout le cas quand des phobies représentent des banalités du quotidien pour les autres. Encore la cause à l'enfance, dans mon cas également!
    Dans ton récit, je ressens que tu as réussi à organiser ta vie autour de ça sans que cela ne devienne "trop" une contrainte et tes proches t'aident, c'est plutôt cool. Et je te souhaite de vite déménager!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup me parlent d'anxiété sociale, je dois dire que je ne suis pas très à l'aise en public, dans la foule, c'est peut-être ça...
      Je te souhaite que ton entourage soit aussi compréhensif avec toi que le mien, c'est un poids en moins !

      Supprimer
  18. Si tu es folle alors je le suis aussi ;)
    Même quand j'attends quelqu'un et même si j'ai vu la personne arriver par la fenêtre, je sursaute et j'ai le coeur en déroute quand la sonnette retentit!
    Et c'est encore pire depuis que j'habite à la campagne: le coin est beaucoup plus sûr, mais il n'y a pas d'interphone, donc n'importe qui peut entrer dans l'immeuble!
    Quand j'étais petite je me planquais sous la table quand on sonnait à notre porte, aujourd'hui mon entourage sait qu'il ne faut pas débarquer à l'improviste, sinon je n'ouvre pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha ! Ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule ! J'ai laissé pas mal de monde devant chez moi, juste parce que je ne savais pas qui c'était !

      Supprimer
  19. Un bel article, très personnel et émouvant. On a tous ses peurs et c'est pas facile d'en parler, alors bravo !
    Bises

    RépondreSupprimer
  20. Réponses
    1. Merci ! Pour le courage, je prends, surtout si un fou tente encore de rentré chez moi ! Bisous !

      Supprimer
  21. Moi je comprends parfaitement, c'est normal d'avoir ce genre de réactions quand on a vécu un traumatisme. Quand j'avais 8 ans, mon père a disparu pendant plusieurs jours et je regardais ma mère accrochée au téléphone, elle ne le lâchait pas, de peur de louper l'appel de la police qui lui donnerait des nouvelles. Depuis, si mon téléphone sonne (et peu importe le moment.. sauf cas de forces majeur ou calin avec chéri...et encore au début de notre relation je le stoppait limite, pour aller voir qui m'appelait...#tuelamour) et même si je ne connais pas le numéro, je décroche. Parce que j'ai la sensation que si je ne le fais pas, je pourrais louper un appel grave, me prévenant de la disparition d'un de mes proches, de son état de santé ou pire, de sa mort. Ca va mieux aujourd'hui et je m'en détache trèèèèès lentement mais surement. Je pense que ça s'estompe avec le temps (et avec beaucoup de séance chez le psy mdr) mais malheureusement ça ne s'efface jamais. Le tout, c'est d'apprendre à vivre avec et d'en faire quelque chose de moins négatif ou d'arriver à l'affronter pour que ce soit moins difficile à vivre au quotidien (mais j'ai pas dit que c'était facile... ;) Courage en tout cas, tu n'es pas seule. A bientôt bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre, je pense qu'à ta place, on réagirait tous ainsi ! Mais ça doit être dur au quotidien d'avoir peur d'une mauvaise nouvelle dès que ton téléphone sonne !
      Je te souhaite de réussir a t'en détacher, ça sera beaucoup plus vivable pour toi !

      Supprimer
  22. Je comprend totalement, si l'interphone sonne alors que je n'attend pas de colis je n'ouvre pas. Et quand c'est le facteur que je suis seule, je prepare mon couteau à viande dans l'entrée juste au cas ou 😂 J'en rie mais bon je suis grave quand même, mais au moins je le sais!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le couteau, carrément ? Pauvre facteur ! Haha
      Moi je n'aurais pas le réflexe de prendre une arme si j'étais en danger, j'aurais trop peur que la personne la retourne contre moi, avec mes petits bras, ça serait si simple ! Mais je peux te comprendre, quand l'autre fou tapé dans toutes les portes, j'avais eu l'idée de prendre un couteau et de me mettre derrière ma porte...

      Supprimer
  23. Il y a environ 15 ans, le copain violent d'une amie est entré chez moi sans permission. Je n'avais pas barré la porte. Résultat : Il m'a frappé plusieurs fois, il a brisé des téléphones chez moi (j'essayais de téléphoner la police), il s'est fait arrêter sur la rue et j'ai porté plainte... 15 ans plus tard, j'ai peur à chaque jour que ma porte ne soit pas barrée. J'ai peur d'avoir barré la porte et d'avoir oublié mes clés dans la serrure. Je suis fonctionnelle et confiante en général. J'ai beau être déménagée 4-5 fois depuis cet événement et être à 300km de cet appartement à la porte débarrée, il y a des choses qui ne passent pas. Ne te mets pas de pression en te disant que ça devrait te passer puisque tu es adulte. Tu es prudente. Je te souhaite que ce soit moins intense avec les années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle peur tu as dû avoir... Certaines personnes sont vraiment déséquilibrées, c'est presque incroyable ! Je comprends que tu agisses comme ça, comme tu le dis, certaines choses ne passent pas. Cela te rend plus prudente, peut-être même un peu trop ! Mais c'est toujours mieux que pas assez !

      Supprimer
  24. Je te comprends ! Moi j'ai peur du téléphone même si c'est des amis je n'aime pas appeler, il faut limite une préparation psychologique pour cela. Peur aussi des nouvelles rencontres, d'etre ridicule ou ne pas savoir quoi dire.

    Ah et peur des escaliers ! :D
    Et toutes les choses où je peux tomber, me faire mal ! Donc le petit tabouret pliable ikea de 30 cm si si j'ai peur !
    "On sait jamais je pourrais glisser et me prendre le lavabo dans le crane ! ou juste me cogner le coude !"

    Le pire c'est les escaliers en grille ou tu vois sous les marches ! L'horreur !
    "Et si je tombait entre les marches ! Et si ma jambe glisse ?"

    Mon copain c'est mon opposé sur ça, c'est un casse-cou, il a peur de rien, il fait du longboard à grande vitesse et même de la descente de grande route ! C'est d'ailleurs comme cela qu'on s'est rencontré. Je restais assise sur ma longboard a regarder mes copains et lui est venu vers moi pour me pousser à monter dessus et m'encourager alors qu'il ne me connaissait pas :D Trop chou !
    Quelques années plus tard il n'arrive toujours pas à m'enlever cette peur de me faire mal :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir peur de se faire mal, ça doit par être simple ! Parce que concrètement, sans en rajouter une couche, tu peux te faire mal tout le temps, avec n'importe quoi ! Là-dessus, je suis un peu ton opposé, je me rends pas forcément compte du danger. Je ne suis pas casse-cou, mais je fonce sans réfléchir !

      Supprimer
  25. Je comprends cette peur ! J'ai toujours vécu en appartement, et là depuis peu en maison (ce qui est un gros challenge). Pour mon cas, je pense que cette peur d'être déranger dans son petit cocon vient de l'attitude surprotectrice de ma mère qui m'a trop infantilisée plus jeune en me disant de ne pas ouvrir à des inconnus, qu'il y avait un possible danger, etc ... du coup, ça reste. On se traîne longtemps les "bonheurs" de l'enfance. Sinon, plus trash maintenant que je suis adulte, c'est ma peur affolante de l'avion. Je vis aux US, je voyage beaucoup, et c'est toujours un enfer de rester des heures dans un avion. J'angoisse dès que ça bouge (oui, ce qui arrive souvent pour un avion !), je plante mes ongles dans les bras de mon mari (quand il m'accompagne, pas toujours) et je pleure. Les voyages Floride-Paris sont les pires :S D'ailleurs je reprends l'avion la semaine prochaine pour la France, et j'essaye de me raisonner 1 semaine à l'avance (ah et maintenant je prends aussi un verre de rouge dans l'avion, ça aide un peu :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, être "sur couvée" n'a pas que du bon ! J'ai une amie qui est trop, trop protectrice avec ses enfants, je lui ferais lire ton commentaire ! Haha
      Pour l'avion, dans ton cas c'est un réel problème, puisque tu es mené à le prendre régulièrement ! Pourquoi n'essaie tu pas les calment aux plantes ? Ce serait toujours ça ! De mon coté, je n'ai jamais pris l'avion, alors je ne me rends pas compte de la sensation, de la peur ! J'ai eu un stage de pilotage d'hélicoptère, donc beaucoup de secousses et de bruit et j'étais aux manœuvres et je n'ai pas eu peur ! Mais je ne sais pas si c'est comparable !
      Bon courage pour ton trajet en avion et bon retour en France !

      Supprimer
  26. Ton article me parle beaucoup. Je n'ai pas vécu de choses dans mon enfance qui me font craindre la personne qui peut être derrière la porte mais j'ai quand même la trouille quand ma sonnette se met à hurler à des moments dans la journée où elle ne devrait pas. En général dans ces cas là, je me cache derrière ma fenêtre pour voir qui c'est (franchement, j'ai failli demander à mon homme d'installer un interphone qui me permet de voir qui est devant), je suis même capable de marcher à quatre pattes pour être sûre qu'on ne me voit pas. Si j'aperçois quelqu'un que je ne connais pas (et pas de camion de la poste/UPS/autre livreur), je n'ouvre pas. Je ne t'explique même pas les bonds que je peux faire quand les gens prennent le parti de ne pas sonner et de frapper directement à ma porte (je vis en maison) ! S'il fait nuit c'est encore pire. Je suis capable comme toi, de me figer, d'éteindre toutes les lumières, la télé et de dire à mon petit de chuchoter... Bref, je te comprends tout à fait ! Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que tu décris, ça me parle beaucoup, tu imagines bien ! Mon copain aimerait qu'on part vivre en maison, moi ça me fait peur ! Car comme tu l'expliques, je me sentirais encore moins en sécurité ! Au moins, dans l'appartement, je me dis que déjà, la personne doit réussir à rentrer dans l'immeuble avant de venir jusqu'à ma porte. Je suis au dernier, il y a donc 4 appartements avant d'atteindre le mien, c'est débile mais ça me rassure ! C'est idiot, mais bon...

      Supprimer
  27. Bonjour,

    J'ai découvert ton blog complètement par hasard. Et c'est une bonne surprise. Déjà ton article sur ta recherche d'emploi comme fleuriste m'avait interpellée. Encore une fois, avec celui ci, tout est juste. Je me reconnais dans ce que tu écris.
    Merci
    Sandrine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, j'ai vu que j'avais pleins de petits mots de toi sur les articles en attentes ! J'y répond au plus vite ;)

      Supprimer
    2. Merci pour cette première réponse. ;-) ça ne doit pas être évident de répondre, rapidement, ton blog a de quoi susciter l'intérêt 👍🏼 et du coup occasionner de nombreux commentaires...

      Supprimer
  28. Si ça peut te rassurer, moi aussi j'ai tendance à me planquer quand on sonne chez moi, sauf si je sais que le facteur va m'apporter un colis ou que quelqu'un doit venir.
    Je n'ai pas peur mais je n'aime pas ça. Et comme toi j'éteins tout (ou baisse le son), je fais comme si je n'étais pas là, je ne fais plus de bruit, etc.
    Dans mon premier appart au CROUS j'avais même couper la sonnette via le disjoncteur (bon ça, c'est surtout parce que je supporte pas qu'on sonne, je préfère entendre frapper, je ne sais pas pourquoi, mais bon, c'est lié au fait que ça me perturbe dans mon cocon).

    Bref, courage à toi. Tu n'es pas bizarre ni anormale alors ne te prends pas la tête là-dessus. ;) D'ailleurs, pourquoi une personne qui n'aurait pas peur (surtout dans le cas que tu as décrit) serait plus "normale" (je n'aime tellement pas ce mot) que toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire, qu'en écrivant cet article, je me suis sentie comme rassurée de voir que je n'étais pas la seule à avoir ce genre de problème ! Avant d'avoir mon copain, tout mon entourage proche ne comprenait pas cette habitude, ils me disaient souvent que ce n'était pas normal, blabla... Alors, je me suis toujours dit qu'effectivement, je ne devais pas être normal. Avec le temps et grâce à mon copain je m'assume un peu plus, alors aujourd'hui je ne m'en cache plus ! Et oui, je pense que je suis dans la normalité, maintenant ;)

      Supprimer
  29. Ta cage d'escalier à l'air moins poussiéreuse que d'habitude avec cet éclairage :) Et j'aurais tendance à penser que vu là où vous êtes ça doit bien aider à la paranoïa les cas soc' du Poitou sont présents en force !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, il n'y a toujours pas eu de ménage de fait, promis ! C'est le reflex, il rend tout beau, même la poussière et la crasse de l'immeuble !

      Supprimer
  30. comme je te comprend, je n'aime pas non plus qu'on frappe à la porte, ou que l'on sonnera m'angoisse, je me demande toujours qui ça peut bien être ! Mais l'angoisse la plus handicapante dans ma vie, c'est que j'ai peur de la foule : dès qu'il y a trop de monde autour de moi que je ne connais pas : genre au supermarché et dans les magasin, ou les fêtes foraines, les foires etc j'angoisse à mort, je suis pas à l'aise et j'ai juste envie de me dépêcher de rentrer chez moi ! pourtant je ne suis pas antisocial, de part mon métier je suis souvent en contact mais j'ai l'impression de "gérer" la situation, alors que dans ces lieux, je ne contrôle rien : je suis sur la défensive et les gens me dérangent ! Mais on a tous notre part de bizarreries hein ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que ce soit une bizarrerie, mais bon, venant de moi, je sais pas trop si c'est rassurant... Haha !
      Je n'aime pas la foule non plus. Mais, moi c'est surtout que ça m'énerve. Je suis sur les nerfs s'il y a trop de monde, trop de bruit, je sais pas, j'aime le calme je crois !

      Supprimer
  31. Je pensais être seule! J'avais d'ailleurs fait un sondage sur Twitter et beaucoup avait répondu : Mais t'es parano !! (oui j'avais mis ça dans les choix!).
    Je te comprends donc juste parfaitement !! Même mon amoureux m'a dit : Si t'es toute seule et que tu n'attends personne, tu ne réponds PAS à l'interphone ! Donc il comprend bien mon mal être !
    Un jour (le soir), ça a sonné à l'interphone, j'ai répondu "Oui", les gens complètement bizarres répétaient "Ouiiiiiiii..." avec une voix chelou de psychopathes, et ça continuait comme ça... (oui, j'ai répondu aussi...). Je suis allée voir sur le balcon mais j'ai vu qu'un mec qui paraissait normal mais genre bien 10 min après le dernier harcèlement à l'interphone... Donc il se peut que ce n'était même pas lui. Mais quand ça a resonné (avant ces 10 min) j'avais qu'une envie : les insulter ! Mais je me suis reprise et me suis dit : Ils ont sonné à l'interphone, donc ils ont mon nom donc... ca craint si je parle !

    Pareil pour la porte... Pourtant c'est souvent le matin, donc heure de passage de colis. Mais là, je le sentais pas, du coup j'ai baissé le volume à fond, j'ai fermé la porte du salon qui mène à l'entrée et j'ai attendu que le gars parte... Sauf que le mec a insisté pendant au moins 5 min (et c'est long, j'ai cru que c'était toute une vie qu'il était devant ma porte). Il savait que j'étais là... Bordel, j'ai jamais autant flippé de ma vie :(

    Bref tu n'es pas anormale! Loin de làààààà ! Je pense qu'on est pas mal dans le même sac ! Et si mon amoureux trouve ça normal, alors c'est que je sais que je le suis. Lui ouvrirait sans souci, moi je me sens petite et sans défense.

    Courage à toi ! Je pense que chez nous, on a le droit de se sentir en sécurité, donc c'est humain ce genre de réactions !

    xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais réagi exactement comme toi dans ce que tu racontes dans ton commentaire. Comme je le raconte dans mon article, quand un fou a réussi à rentrer j'étais vraiment terrorisé. Et c'est souvent le cas. C'est fou que les gens disent en gros que tu'es parano. Ou ils veulent faire les malins sur internet, je sais pas. Parce que si tu regardes dans les commentaires de cet article, nous ne sommes pas les seules, loin de la.

      Supprimer
  32. Bonjour. Je viens de découvrir ton blog grâce à Hellocoton. je suis à la recherche de ce genre de blog car je viens de créer le mien très récemment http://leshumeursdunemereagitee.over-blog.com/ . Super ton article. j'ai beau chercher mais je crois que je n'ai pas une aussi grande peur que toi. Plus une appréhension incompréhensible par mon entourage : conduire en ville et vers des endroits que je ne connais pas. Ma voiture est télécommnadée entre ma maison, mon boulot et les écoles de chacun. Un peu vers les courses et c'est tout. Aprés c'est terrible pour moi. Alors oui je te comprends. Avoir peur et surmonter cette peur, je pense que c'est impossible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :)
      Pour la conduite, j'avais aussi ça au début. Je n'aime pas trop prendre des routes que je ne connais pas, encore moins si elles sont très fréquentées ! Et puis un jour, mon GPS a voulu ne pas écouter mes ordres, il m'a mise sur l'autoroute. 4h ! Depuis, je peux rouler ou je veux, haha !

      Supprimer
  33. Ah punaise comme je te comprends. Quand j'étais petite j'avais une trouille des gens, c'était incroyable, si je ne sentais pas la personne elle ne pouvait pas rentrer chez moi sans que j'aille me réfugier dans ma chambre, sous mon lit ... et puis en grandissant ça s'est calmé. Comme tu l'as dit ma maison c'est un foyer, où je me sens en sécurité, donc forcément si quelqu'un sonne à ma porte sans que je sois au courant au préalable je n'ouvre pas ... Il y a trois ans nous nous sommes fait cambrioler. J'ai été totalement traumatisé par cette expérience, pas uniquement à cause du côté "matériel" du vol, c'est chiant mais ça se rachète, mais par le fait qu'on soit rentré chez moi sans y être invité et que l'on fouille dans nos vêtements (voir sous-vêtements) et j'en passe... Depuis je n'arrive plus à voir mon "chez-moi" comme quelque chose de rassurant, de sécurisant, même si depuis nous avons déménagé, je stresse d'autant plus que nous avons un chat maintenant, qui ne sort pas, et à l'idée qu'il disparaisse, qu'on me le kidnappe ou pire me rend malade... (mais bon sinon niveau santé mentale je gère hein t'inquiète ^^)... Donc bon tout ça pour dire que tu n'es pas seule !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cambriolage... Voilà un truc, qui me fait peur ! Et comme toi, pour une seule raison, en particulier : mes chats ! J'ai tellement peur que quelqu'un rentre, les laisse sortir... Si je perds mes chats c'est la pire chose au monde. Je préfère donner tout ce qu'on a chez nous que perdre mes chats ! De toute manière, dès qu'il se passe quelque chose moi, je sauve en premier mes chats. À chaque fois. L'instinct maman chat, tu sais !

      Supprimer
  34. J'ai peur des bruits dans mon couloir. Vivant en cité U, à 50 étudiants voir peut être même plus par étage c'est plutôt dérangeant parfois. Même si je rentre que pour quelques minutes je ferme à double tours c'est ma façon de me sentir en sécurité.

    RépondreSupprimer

Chez moi, j'ai peur de l'extérieur.


Je vous rassure ceci n'est pas ma porte d'entrée, mais celle de la cave. #Vintage #Cracra ! 
Je vous l'accorde, mon titre est un peu bizarre. Mais je ne savais pas comment résumer cette peur. Parce que voyez-vous, s'il y a bien un truc qui me fait peur, au quotidien, c'est quand pour X raisons, quelqu'un sonne chez moi. Pas très pratique comme "phobie", hein ?

Je ne pensais pas un jour faire un article sur cette partie de moi. Parce que je sais que beaucoup ne comprendront pas, me penseront un peu, beaucoup folle. (Vous n'auriez peut-être pas tort !) Mercredi dernier, ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont eu un aperçu de ça. Et après, j'ai eu besoin de l'écrire, pour me vider du stress que je venais d'avoir, d'un coup d'un seul. Mercredi, alors que je préparais tranquillement mon article du lendemain, quelqu'un sonne. Brutalement, en continu. Je me dirige à la fenêtre, comme toujours et je vois un homme. Je ne le connais pas, je commence à prendre peur. Il hurle dans la rue, il violente un peu la porte et il sonne, encore, encore... J'ai plein de -mauvais- souvenirs qui font surface. Il réussit à rentrer, je ne sais pas comment, personne ne lui a ouvert, je n'ai pas entendu l'interphone se mettre en route. Il claque la porte et je l'entends montrer l'escalier. Il frappe partout, il s’énerve, personne ne lui ouvre. Il est bourré, génial ! Quelques minutes après, il repart, toujours très en colère contre "les connards qu'ouvrent pas !". J'ai mis une demi-heure à reprendre mon calme, à sursauter au moindre grincement de porte. Pourquoi ? Parce que, chez moi, j'ai peur de l'extérieur... Bienvenue dans ma vie !

Je m'explique. Mon appartement, c'est ma coquille. Je m'y sens en sécurité, je m'y sens bien. Comme si chez moi, rien ne pouvait m'atteindre, me faire du mal. Si quelqu'un tente de pénétrer dans mon cocon, je panique. Je connais les heures de la poste. Alors si la sonnette hurle dans l'appartement en dehors des heures, j'ai peur. Je regarde par la fenêtre. Si c'est quelqu'un que je ne connais pas, c'est pire. Mon cœur accélère, je tremble, je me cache. Oui, je me cache. J'éteins tout ce qui fonctionne chez moi et j'attends. Dans mon entourage, mes amis savent pourquoi j'ai ce comportement. Et si je devais l'expliquer ici, sans trop en dire, je dirais simplement que dans mon enfance j'ai vu des choses qu'une enfant ne devrait pas voir, jamais. Et c'est un des traumatismes que je me traîne. Depuis petite, je sais que si quelqu'un cherche à venir chez toi, sans y être invité, ce n'est pas bon. Pas bon du tout. Alors aujourd'hui malgré mes 24 ans, si quelqu'un sonne, ou pire frappe chez moi (ça veut dire qu'il a réussi à rentrer dans l'immeuble, sans que je m'en aperçoive), je redeviens cette gamine qui a peur et qui se cache. 

Et puis cette porte, tellement sécurisante, ça rassure, c'est certain !
Non, ce n'est pas le grenier abandonné de mamie. Mais ma cage d'escalier... VIN-TA-GE ! 

J'ai beau grandir, vieillir, je me traîne encore pas mal de peurs bizarres de mon enfance. Ce n'est pas toujours facile, surtout qu'aujourd'hui j'ai une vie stable et donc certaines de mes réactions sont quasiment incompréhensibles... Je pourrais faire une liste, mais on me ferait interner. Quoi qu'il en soit, c'est bien celle-ci la plus grosse je pense. Heureusement, mes proches le comprennent et ne me font jamais le coup d'une visite improviste. Ou si, mais avec un message quelques minutes avant, que je sache que c'est eux.  (Mais je vérifie tout de même à la fenêtre...) "N'ouvre pas aux inconnus" ! 
Mr le Géant trouvait ça bizarre au début, aujourd'hui si quelqu'un sonne, il ne réagit même plus si je me mets en panique, si je me cache. Il est habitué, il gère "le problème". Sauf qu'il n'est pas toujours là.  Et quand je suis seule, je dois gérer le problème toute seule et là, c'est le drame. De plus, notre rue n'est pas très bien fréquentée. On a toujours des cas, sous alcool ou autres, qui passe en bas de chez nous et notre "immeuble". (Aussi sécurisé qu'un grillage à trous) Alors ce n'est pas rare que des gens louches rentrent. Ce n'est pas rare qu'on sonne chez nous, en pleine nuit et dernièrement qu'on essaie de rentrer chez nous ! (Ce soir-là, croyez-moi, j'en menais vraiment pas large...) Mais j'ai eu une montée d'adrénaline, de courage et j'ai ouvert, couru dans l'escalier pour voir qui avait osé tenter de rentrer, mais je ne sais pas, il a couru trop vite... Bref, le lieu n'est pas assez calme pour la phobique que je suis... Vivement qu'on quitte cette rue et ce fichu appartement ! (On ne parlera pas de mes communs qui tombent en ruine, tout crasseux pour lesquels on paye des charges d'entretiens, oui, oui...) 


Sinon, j'ai aussi une peur panique - hystérique des poules, c'est plus marrant... 
& vous, de quoi avez-vous vraiment peur ? 

Share This Article:

CONVERSATION

68 commentaires :

  1. Au début de ton article tu dis "je sais que beaucoup ne comprendront pas", et bien sache que pour ma part ton article me parle beaucoup au contraire. Déjà petite je me cachais quand quelqu'un sonnait à la porte, je m'éloignais des fenêtres au cas où la personne voudrait regarder à l'intérieur ; je ne saurais pas dire à quoi c'est dû. Et aujourd'hui encore j'ai beaucoup de mal à répondre à l'interphone ou quand on tape à la porte, et que je n'attends personne (ou que ce ne sont pas les horaires du facteur, là aussi je me reconnais très bien!). Parfois j'arrive à me faire violence, et parfois j'angoisse trop. C'est vrai que ça peut paraître un peu bizarre ^^" J'ai hâte de lire les autres commentaires pour voir les différents avis que suscitera ton article !
    Belle soirée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je valide petit à petit les commentaires et figure-toi que nous ne sommes pas seules à vivre ça. C'est fou hein, je pensais vraiment être un peu dérangée car personne ne réagit comme ça dans mon entourage ! C'est quand même rassurant, de lire que beaucoup n'aiment pas qu'on s'impose dans leur cocon de tranquillité !

      Supprimer
  2. En effet pas facile comme peur... la gestion au quotidien ne doit pas être facile. Je comprend ce type de peur étrange, limite "space"... La mienne c'est le téléphone. J'ai horreur, mais horreur d’appeler quelqu'un (les institutions administrative, les médecins et même mes amis)

    Par "peur" de déranger surement... Je ne sais pas! Mais quand j'appelle je me transforme en petite fille qui hésite, bute sur des mots.

    En tout cas, bravo à toi d'avoir parler de ça, c'est pas toujours si simple au finale =)

    Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au quotidien, ça va. SAUF quand on sonne chez moi ! Haha
      & pour le téléphone, je te rassure, je suis comme toi. Je ne sais pas avoir une conversation claire quand je suis au téléphone avec les administrations ou quoi. Alors qu'en temps normal, pas de soucis. Ça aussi, c'est louche ! Et encore, je ne réponds pas aux numéros inconnus et aux numéros que je ne connais pas. Je n'aime pas entendre mon téléphone sonner non plus ! Je suis irrécupérable !

      Supprimer
  3. On a chacun nos peurs, qui sont liés à notre enfance, ou non, et qui ne s'explique surtout pas. Alors non tu n'es pas folle :)
    Personnellement j'ai peur des petites lumières dans le noir (genre lumière de machine à café, de lave-vaisselle,...). Quand j'étais petite, ma chambre étant au dernier étage de la maison, je devais emprunter un escalier en bois ouvert sur la cuisine qui se trouvait un étage plus bas. Et dés que je montais, je voyais une lumière rouge qui m'angoissais, et qui me faisais monter les escalier à toute vitesse imaginant un méchant prêt à m'attaquer... Depuis c'est resté... Et non je ne suis pas folle, enfin j'espère :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pauvre, tu serais malheureuse chez moi... Avec tous les appareils en veille de Mr, il n'y a que ça ! Mais non, tu n'es pas folle ! On a toutes des peurs difficilement compréhensible !

      Supprimer
  4. Ah, je peux comprendre cette phobie! Il faut savoir que je souffre de troubles anxieux généralisés, l'interphone qui sonne, le téléphone qui sonne, quelqu'un qui toque à la porte, ça me met vraiment mal à l'aise! Mon trouble s'élargit jusqu'à ce que je n'arrive pas à cuisiner en présence d'une autre personne, que je ne puisse pas finir mon assiette si mes proches me fixent trop en mangeant, que je n'arrive pas à compter mes pièces correctement à la caisse d'un supermarché et que je les fasse toutes tomber par anxiété... pas joyeux haha. J'ai des antécédents, de mon enfance et adolescence, qui m'ont façonnée comme ça. Mes proches savent pas trop comment gérer la chose, je dois dire! Alors je ne suis pas mécontente d'être sous antidépresseurs depuis presque 1 an, car ça devenait invivable et étant donner que je suis en pleine année de bac, j'avais trop peur de tout foutre en l'air donc c'était mon dernier recours. Et ça marche plutôt bien, je vais beaucoup mieux, je revis quoi. Ca fait du bien de ne plus avoir cet électrochoc d'angoisse.
    J'espère que tu parviendra à surmonter ces douloureux sentiments du passé qui te hantent et te causent cette phobie.
    Pour les poules, par contre, t'as raison de te méfier il parait que c'est vicieux!
    -- Cindy, de FromShetoHim

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le téléphone, c'est comme l'interphone. Je déteste quand il sonne ! Surtout le fixe, car peur de personne a le numéro ! La galère de la caisse, ça m'arrive aussi, ce n'est vraiment pas pratique ! Je ne suis pas trop une adepte des antis dépresseurs, des médicaments, tout court, c'est quelque chose qui me fait peur. Mais si ça te permet de vivre beaucoup mieux, c'est très bien ! Car effectivement, dans ton cas ca devait être invivable !

      Supprimer
  5. Mais comme je te comprends ! Je suis pareil, d'autant plus que je suis au chômage pour le moment alors mes journée trop longues je les passes sur mon canapé, dans mon appartement. Alors quand ça sonne ou quoi j'suis pas bien, c'est pas normal.. Je préférerais être de sortie la journée avec des amis ou un boulot, mais j'ai ni l'un ni l'autre, en tout cas pas sur Caen.. De bisous petite apprentie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'inconvénient que tu es chez toi toute la journée, tous les jours : tu es censé ne voir personne, alors quand un imprévu arrive, c'est la panique !
      Je te souhaite de très vite retrouver un boulot, sortir, te changer les idées !
      Bisous ♥

      Supprimer
  6. Olalala je ne savais pas que tu en avais peur à "ce point" (rien de pégoratif la dedans, juste que je ne sais comment m'exprimer...). Quand tu déménagera, peut êtr, et je l'espère, cette peur s'effacera ou tout du moins s'atténuera. Tu es plus forte que ta peur <3.
    Quand j'étais petite j'avais une peur bleue du bruit de motos... (Je t'autorise à te moquer...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, si, si... Je le cache plutôt bien, mais c'est terrible. Le fait que ma ne soit pas très calme n'arrangent pas les choses, mais partout ou j'ai vécu, calme ou pas calme, à partir du moment ou te frappe - sonne sans me prévenir c'est toujours la même angoisse. Je pensais vraiment que ça passerait avec le temps, mais non...
      Et je ne me moquerais pas, parce que petite, le bruit d'une moto est très impressionnant, donc c'est "normal" ;)

      Supprimer
  7. Sincèrement, quand je suis chez moi et que ça sonne surtout, que ça insiste, je ne suis pas du tout rassurée. Je considère tout comme toi, mon "chez moi" comme mon cocon, moins coin à l'abri du reste et pareil, s'y je n'attends personne à part la poste quoi, ben je flippe. J'ai la chance d'habiter maintenant un coin assez calme et d'avoir des voisins sympas, donc, j'ai moins peur qu'avant, mais je peux vraiment comprendre ce que tu éprouve... Ce qui me vient là, juste après t'avoir lue, c'est qu'avec toutes ces casseroles que tu te trimballes on a juste envie de t'offrir le paradis, tu sais, le havre de paix entouré de nuages roses, on a juste envie de te filer un décor de barbie et te dire, vas-y, pose toi, respire, et profite. C'est surtout ça qui me touche là, cette sensation que tu n'es pas en paix ... à l'intérieur, ou qu'en tout cas, tu ne l'es pas encore complètement. Prends soin de toi, n'aies pas honte de tes traumatismes, mais fais leur la peau ! Girl power ! mdr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus je valide les commentaires, plus je me rends compte que je ne suis pas la seule à penser comme ça, je suis rassurée ! JE NE SUIS PAS FOLLE ! (Pas pour ça, en tout cas...) La suite de ton commentaire, une fois de plus me mets dans tous mes états. Le "problème" vois-tu, c'est que si je pouvais y être, y vivre dans ce monde de rêves paisibles, je ne saurais pas en profiter. Parce que je me méfie de tout ce qui est trop beau, trop positif, je m'attends toujours à voir une grosse merde arriver juste après. & d'un côté mes casseroles ou boulets, je sais pas trop, elles sont bien avec moi. Je me suis habitué à les avoir et à vivre avec. C'est con, hein ? Au quotidien, elles ne sont pas si pesantes, elles ont l'air à l'écrit parce que je ne sais pas écrire sur autre chose que sur moi & le négatif, mais dans la vie de tous les jours, elles sont presque invisibles !
      Gros bisous ma copine ♥

      Supprimer
  8. Courage ma pepette !!!!
    Je n'aime pas trop non plus quand ça sonne en dehors des heures de la poste, et même au facteurs je n'aime pas trop ouvrir (un peu dur quand on attend un colis presque chaque mois ^^)
    J'ai horreur de la periode Octore/Novembre, oui cette période, ou les pompiers, les facteurs, les éboueurs sonnent chez nous à 20h pour vendre des calendriers ...
    Pourtant je n'ai jamais eu de traumatisme dans l'enfance ...
    Donc ma "gêne" est vraiment stupide comparé à toi, il n'empêche que je te confirme que tu n'est pas folle et que si on devait mettre quelqu'un à l'asile icic, se serait bien moi ahah :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas plus stupide que la mienne, moi je pense que c'est liée à mon enfance, mais finalement même sans les galères de plus jeunes j'aurais pu réagir comme ça, qui sait ! Les éboueurs & les pompiers, je suis bien heureuse de ne pas les avoirs. Parce que 20h en hiver, bonjour l'angoisse !

      Supprimer
  9. Je comprends cette peur, et non je ne te prends pas pour une folle. J'ai vécu dans un quartier mal fréquenté où chaque soir des personnes hurlaient dans les couloirs ou frappaient contre les murs, comme toi. C'est loin d'être agréable et ça fait vraiment peur, je comprends. J'en avais la trouille, réellement. Et puis, je déteste quand on sonne chez moi alors que je n'attends personne. Je ne peux ouvrir avec mes angoisses et toutes mes interrogations. Alors merci d'avoir partagé cette peur, j'avais moi aussi l'impression d'être la seule à devenir de nouveau une enfant à un simple bruit de sonnette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de te dire que nous ne sommes pas les seules ! Nous ne sommes pas folles, ahh le bonheur ! Pour les cris, les gens violents, je compatis. À chaque fois je suis en colère parce que souvent c'est des gens sous alcool et j'ai un sérieux souci avec les gens bourrés et en même temps je flippe, parce que je sais qu'ils peuvent être violent et complètement sans limite !

      Supprimer
  10. Allez, rassure-toi, ça me fait pareil... même que je ne réponds pas au téléphone des n° inconnus, et je ne réponds pas toujours aux gens qui sonnent à la porte (surtout quand ils veulent aller chez la podologue, porte d'immeuble voisine...). Il doit y avoir un lien avec le Poitou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh l'horreur... Tu sais que j'ai refusé un appartement qui était situé dans le même immeuble qu'un médecin, justement pour ça ! Tu es bien courageuse !
      Le Poitou je sais pas, mais ma rue entre la gare & le centre, c'est vraiment pas une bonne idée !

      Supprimer
  11. Rassure toi, je n'ai sans doute pas aussi peur que toi, ni pour les mêmes raisons, mais pour autant je sursaute toujours au bruit de mon interphone ou de la sonnerie de ma porte et bien souvent je dois prendre mon courage à deux mains pour aller ouvrir, parce que j'attends souvent des colis, mais il m'arrive aussi encore plus souvent de faire comme si je n'étais pas là et d'aller regarder discrètement par le judas qui ose venir m'embêter comme ça sans y être invité. J'imagine que je n'apprécie pas d'être déranger dans mon espace de sécurité par des inconnus qui n'y ont pas été invités :)

    Courage à toi en tout cas avec cette phobie qui ne doit pas être évidente tous les jours. (sans doute moins que celle avec les poules :D )
    Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les poules, c'est gérable, puisque j'habite en centre-ville, enfin sauf depuis qu'ils ont eu la MERVEILLEUSE idée de mettre un enclos avec des poules juste derrière chez moi. Les poules, elles se tirent souvent de leurs enclos et moi, je fais demi-tour comme si j'avais vu un zombie !
      Pour le reste, j'ai de la chance, ça ne sonne pas tous les jours ! Mais quand ça arrive, ce n'est pas génial !

      Supprimer
  12. Sans connaître ton expérience de jeunesse, je comprends que tu aies peur face à de telles situations...

    Pour ma part, j'ai quelques petites frousses : en une semaine, trois amis de mon père (un couple et une femme) se sont fait attaqués chez eux par des braqueurs très violents dans la même semaine. Le rituel était le même : les assaillants débarquaient quand les personnes fermaient les volets le soir, puis rentraient dans la maison. Ensuite attachaient les victimes, les frappaient jusqu'à ce qu'ils disent où est ce qu'ils cachaient de l'argent, ou des bijoux ou autre... La femme a fini à l'hôpital, suite à des brulures au fer à repasser... Et les victimes travaillent au marché, comme mon père, et vivent pas trop loin de chez mes parents. Du coup, j'ai peur qu'ils choisissent leur victime sur le lieu de travail, puis les suivent ou autre... A chaque fois que je suis chez mes parents et je dois fermer les volets, je repense à cette histoire qui est arrivée l'année dernière.

    Autre peur plutôt récente : pendant les attentats de Paris, la nuit du 13 novembre, je me suis retrouvée coincée dehors avec mon chéri. On sortait du cinéma, et bien sûr : plus de métro (la ligne 9 était bloquée) et de toute façon, hors de question qu'on puisse prendre les transports en commun ce soir-là... Les taxis étaient tous pris (du moins, le peu qu'on voyait..). On devait traverser tout Paris. Du coup, on a pris le velib. Et Paris me faisait peur : les ambulances, les pompiers, la police, l'armée, à gauche, à droite... On avançait, sans savoir sur quoi on allait tomber, sans savoir s'il y avait eu de nouvelles attaques. Le Figaro indiquait sur son appli qu'il y avait eu des tirs à Chatelet, du coup on a fait un détour pour au final apprendre que ce n'était pas vrai.. Moi qui n'avait pas fait de vélo depuis des années, et bien je pédalais sans ressentir la moindre fatigue ou autre. On est rentré vers 3h du matin... Mais sain & sauf. Sauf que depuis ce soir là, dès que j'entends des sirènes, mon coeur s'accélère et je ne peux pas m'empêcher d'aller regarder les news sur internet pour voir s'il se passe quelque chose...

    Voilà, rien de très joyeux malheureusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 13 novembre a dû être une nuit de terreur pour beaucoup... Malheureusement !
      Ton histoire me rend triste, parce que sérieusement à notre époque avoir vécu une tragédie aussi... folle, c'est incroyable. Je comprends que tu aies peur quand tu entends une Sirène, cette nuit devait être horrible, tellement chaotique !
      Ma tante était de sortie, pas très loin du bataclan, elle a trouvé refuge chez des riverains cette nuit. Un homme était blessé et il est décédé dans la cage d'escalier. Quand je l'ai revu, elle avait complètement changé. Elle ne se sent plus en sécurité dans Paris, comme beaucoup je pense, quoi qu'on en dise. Et c'est normal.

      Supprimer
  13. Et bien tu n'es pas seule je te rassure, je traine aussi des histoires de famille dans les placards et j'ai à quelque chose prés les mêmes peurs que toi, j'essaie d'y faire face mais au fond ça revient toujours. Courage et quelque part, ça fait du bien de lire quelqu'un qui ressent ça également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on a beau faire avec, ça reste là, dans un coin. J'espère sincèrement qu'avec le temps j'arriverais à le gérer et ne plus avoir cette frousse !
      Et je te le souhaite a toi aussi ! Ça doit être tellement bon de ne plus avoir peur d'une sonnette !

      Supprimer
  14. Rassure-toi tu es bien loin d'être folle ! Je me retrouve vachement dans ton article. C'est assez inexplicable mais quand je suis chez moi je suis toujours stressée que quelqu'un débarque et sonne à la porte parce que je sais que ça va me procurer un stress monstre de devoir ouvrir la porte.. (même répondre au téléphone, j'en ai horreur) ! Tout le monde chez moi trouve ça bizarre et désespère de mes réactions, mais je n'y peux rien, c'est plus fort que moi :/. Ça a quand même tendance à s'améliorer ces derniers temps, j'essaie de dédramatiser même si c'est pas encore gagné.
    Dans ton cas entre le fait que tu te sentes pas vraiment en sécurité là où tu vis, et ces souvenirs dont tu parles, j'imagine que c'est un peu plus compliqué. Mais je te souhaite de vite trouver un autre appartement, je pense que ça t'aidera déjà beaucoup si tu es dans un quartier plus paisible. Et donne toi du temps, ça finira par te paraître moins insurmontable :).

    Ah les poules.. toujours se méfier des bestioles à plumes. J'avais un poussin quand j'étais petite, une fois grand il m'a attaqué à grands coups de becs. J'ai aussi eu droit à une attaque d'oie en furie. Sales bêtes !

    Mais pour répondre à ta question de fin, ma peur à moi ce sont les insectes :x !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que comprendre, tu t'en doutes ! C'est dommage que tes proches désespères de tes réactions, on ne le contrôle pas, c'est comme ça... Tout le monde a des peurs différentes, plus ou moins importantes, il faut faire avec ^^
      Je pense aussi qu'une fois parti de ce maudit logement, ça ira un peu mieux. Une rue moins et mieux fréquentée, ça ne pourra me faire que du bien !

      Les bestioles à plumes sont des démons ! C'est tout ce que j'ai à dire, haha ! Pour ta peur des insectes, je comprends. Je les trouve répugnants, mais je n'ai pas trop peur d'eux !

      Supprimer
  15. eh bien moi j'ai peur des poissons lol si on reste dans le thème des animaux... mais ma plus grande peur c'est de survivre à un de mes enfants... je panique dès qu'ils ont un bobo....
    Je ne te prends pas pour une folle suite à ton récit, ta peur s'explique par ce truc que tu as connu enfant... Et puis de toute façon on vit dans un monde de malade, faut quand même se méfier de tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Être maman, c'est s'inquiéter pour eux, tout le temps, ça doit pas être simple !
      J'aime pas trop les poissons non plus, c'est bizarre je trouve un poisson haha !
      Pour le reste, je suis bien d'accord avec toi, les gens sont fous et incontrôlables, c'est mieux d'être prudent aujourd'hui !

      Supprimer
  16. Tu n'es pas la seule à ressentir cela. Dernièrement j'en parlais à mes parents ! Le pire c'est que je vis seule depuis 5 ans et je flippe toujours autant car mon appartement est sécurisé, peu de personnes connaissent où alors j'ai toujours peur quand quelqu'un frappe à la porte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que si je vivais seule, ça serait beaucoup plus difficile pour moi, tu es bien courageuse !

      Supprimer
  17. Je me reconnais dans tes mots! oh comme je te comprends. Dans mon cas cela s'étend à l'anxiété sociale avec quelques phobies sociales dont celle que tu décris. J'ai beaucoup de mal à être comprise, je pense que c'est surtout le cas quand des phobies représentent des banalités du quotidien pour les autres. Encore la cause à l'enfance, dans mon cas également!
    Dans ton récit, je ressens que tu as réussi à organiser ta vie autour de ça sans que cela ne devienne "trop" une contrainte et tes proches t'aident, c'est plutôt cool. Et je te souhaite de vite déménager!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup me parlent d'anxiété sociale, je dois dire que je ne suis pas très à l'aise en public, dans la foule, c'est peut-être ça...
      Je te souhaite que ton entourage soit aussi compréhensif avec toi que le mien, c'est un poids en moins !

      Supprimer
  18. Si tu es folle alors je le suis aussi ;)
    Même quand j'attends quelqu'un et même si j'ai vu la personne arriver par la fenêtre, je sursaute et j'ai le coeur en déroute quand la sonnette retentit!
    Et c'est encore pire depuis que j'habite à la campagne: le coin est beaucoup plus sûr, mais il n'y a pas d'interphone, donc n'importe qui peut entrer dans l'immeuble!
    Quand j'étais petite je me planquais sous la table quand on sonnait à notre porte, aujourd'hui mon entourage sait qu'il ne faut pas débarquer à l'improviste, sinon je n'ouvre pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha ! Ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule ! J'ai laissé pas mal de monde devant chez moi, juste parce que je ne savais pas qui c'était !

      Supprimer
  19. Un bel article, très personnel et émouvant. On a tous ses peurs et c'est pas facile d'en parler, alors bravo !
    Bises

    RépondreSupprimer
  20. Réponses
    1. Merci ! Pour le courage, je prends, surtout si un fou tente encore de rentré chez moi ! Bisous !

      Supprimer
  21. Moi je comprends parfaitement, c'est normal d'avoir ce genre de réactions quand on a vécu un traumatisme. Quand j'avais 8 ans, mon père a disparu pendant plusieurs jours et je regardais ma mère accrochée au téléphone, elle ne le lâchait pas, de peur de louper l'appel de la police qui lui donnerait des nouvelles. Depuis, si mon téléphone sonne (et peu importe le moment.. sauf cas de forces majeur ou calin avec chéri...et encore au début de notre relation je le stoppait limite, pour aller voir qui m'appelait...#tuelamour) et même si je ne connais pas le numéro, je décroche. Parce que j'ai la sensation que si je ne le fais pas, je pourrais louper un appel grave, me prévenant de la disparition d'un de mes proches, de son état de santé ou pire, de sa mort. Ca va mieux aujourd'hui et je m'en détache trèèèèès lentement mais surement. Je pense que ça s'estompe avec le temps (et avec beaucoup de séance chez le psy mdr) mais malheureusement ça ne s'efface jamais. Le tout, c'est d'apprendre à vivre avec et d'en faire quelque chose de moins négatif ou d'arriver à l'affronter pour que ce soit moins difficile à vivre au quotidien (mais j'ai pas dit que c'était facile... ;) Courage en tout cas, tu n'es pas seule. A bientôt bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre, je pense qu'à ta place, on réagirait tous ainsi ! Mais ça doit être dur au quotidien d'avoir peur d'une mauvaise nouvelle dès que ton téléphone sonne !
      Je te souhaite de réussir a t'en détacher, ça sera beaucoup plus vivable pour toi !

      Supprimer
  22. Je comprend totalement, si l'interphone sonne alors que je n'attend pas de colis je n'ouvre pas. Et quand c'est le facteur que je suis seule, je prepare mon couteau à viande dans l'entrée juste au cas ou 😂 J'en rie mais bon je suis grave quand même, mais au moins je le sais!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le couteau, carrément ? Pauvre facteur ! Haha
      Moi je n'aurais pas le réflexe de prendre une arme si j'étais en danger, j'aurais trop peur que la personne la retourne contre moi, avec mes petits bras, ça serait si simple ! Mais je peux te comprendre, quand l'autre fou tapé dans toutes les portes, j'avais eu l'idée de prendre un couteau et de me mettre derrière ma porte...

      Supprimer
  23. Il y a environ 15 ans, le copain violent d'une amie est entré chez moi sans permission. Je n'avais pas barré la porte. Résultat : Il m'a frappé plusieurs fois, il a brisé des téléphones chez moi (j'essayais de téléphoner la police), il s'est fait arrêter sur la rue et j'ai porté plainte... 15 ans plus tard, j'ai peur à chaque jour que ma porte ne soit pas barrée. J'ai peur d'avoir barré la porte et d'avoir oublié mes clés dans la serrure. Je suis fonctionnelle et confiante en général. J'ai beau être déménagée 4-5 fois depuis cet événement et être à 300km de cet appartement à la porte débarrée, il y a des choses qui ne passent pas. Ne te mets pas de pression en te disant que ça devrait te passer puisque tu es adulte. Tu es prudente. Je te souhaite que ce soit moins intense avec les années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle peur tu as dû avoir... Certaines personnes sont vraiment déséquilibrées, c'est presque incroyable ! Je comprends que tu agisses comme ça, comme tu le dis, certaines choses ne passent pas. Cela te rend plus prudente, peut-être même un peu trop ! Mais c'est toujours mieux que pas assez !

      Supprimer
  24. Je te comprends ! Moi j'ai peur du téléphone même si c'est des amis je n'aime pas appeler, il faut limite une préparation psychologique pour cela. Peur aussi des nouvelles rencontres, d'etre ridicule ou ne pas savoir quoi dire.

    Ah et peur des escaliers ! :D
    Et toutes les choses où je peux tomber, me faire mal ! Donc le petit tabouret pliable ikea de 30 cm si si j'ai peur !
    "On sait jamais je pourrais glisser et me prendre le lavabo dans le crane ! ou juste me cogner le coude !"

    Le pire c'est les escaliers en grille ou tu vois sous les marches ! L'horreur !
    "Et si je tombait entre les marches ! Et si ma jambe glisse ?"

    Mon copain c'est mon opposé sur ça, c'est un casse-cou, il a peur de rien, il fait du longboard à grande vitesse et même de la descente de grande route ! C'est d'ailleurs comme cela qu'on s'est rencontré. Je restais assise sur ma longboard a regarder mes copains et lui est venu vers moi pour me pousser à monter dessus et m'encourager alors qu'il ne me connaissait pas :D Trop chou !
    Quelques années plus tard il n'arrive toujours pas à m'enlever cette peur de me faire mal :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir peur de se faire mal, ça doit par être simple ! Parce que concrètement, sans en rajouter une couche, tu peux te faire mal tout le temps, avec n'importe quoi ! Là-dessus, je suis un peu ton opposé, je me rends pas forcément compte du danger. Je ne suis pas casse-cou, mais je fonce sans réfléchir !

      Supprimer
  25. Je comprends cette peur ! J'ai toujours vécu en appartement, et là depuis peu en maison (ce qui est un gros challenge). Pour mon cas, je pense que cette peur d'être déranger dans son petit cocon vient de l'attitude surprotectrice de ma mère qui m'a trop infantilisée plus jeune en me disant de ne pas ouvrir à des inconnus, qu'il y avait un possible danger, etc ... du coup, ça reste. On se traîne longtemps les "bonheurs" de l'enfance. Sinon, plus trash maintenant que je suis adulte, c'est ma peur affolante de l'avion. Je vis aux US, je voyage beaucoup, et c'est toujours un enfer de rester des heures dans un avion. J'angoisse dès que ça bouge (oui, ce qui arrive souvent pour un avion !), je plante mes ongles dans les bras de mon mari (quand il m'accompagne, pas toujours) et je pleure. Les voyages Floride-Paris sont les pires :S D'ailleurs je reprends l'avion la semaine prochaine pour la France, et j'essaye de me raisonner 1 semaine à l'avance (ah et maintenant je prends aussi un verre de rouge dans l'avion, ça aide un peu :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, être "sur couvée" n'a pas que du bon ! J'ai une amie qui est trop, trop protectrice avec ses enfants, je lui ferais lire ton commentaire ! Haha
      Pour l'avion, dans ton cas c'est un réel problème, puisque tu es mené à le prendre régulièrement ! Pourquoi n'essaie tu pas les calment aux plantes ? Ce serait toujours ça ! De mon coté, je n'ai jamais pris l'avion, alors je ne me rends pas compte de la sensation, de la peur ! J'ai eu un stage de pilotage d'hélicoptère, donc beaucoup de secousses et de bruit et j'étais aux manœuvres et je n'ai pas eu peur ! Mais je ne sais pas si c'est comparable !
      Bon courage pour ton trajet en avion et bon retour en France !

      Supprimer
  26. Ton article me parle beaucoup. Je n'ai pas vécu de choses dans mon enfance qui me font craindre la personne qui peut être derrière la porte mais j'ai quand même la trouille quand ma sonnette se met à hurler à des moments dans la journée où elle ne devrait pas. En général dans ces cas là, je me cache derrière ma fenêtre pour voir qui c'est (franchement, j'ai failli demander à mon homme d'installer un interphone qui me permet de voir qui est devant), je suis même capable de marcher à quatre pattes pour être sûre qu'on ne me voit pas. Si j'aperçois quelqu'un que je ne connais pas (et pas de camion de la poste/UPS/autre livreur), je n'ouvre pas. Je ne t'explique même pas les bonds que je peux faire quand les gens prennent le parti de ne pas sonner et de frapper directement à ma porte (je vis en maison) ! S'il fait nuit c'est encore pire. Je suis capable comme toi, de me figer, d'éteindre toutes les lumières, la télé et de dire à mon petit de chuchoter... Bref, je te comprends tout à fait ! Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que tu décris, ça me parle beaucoup, tu imagines bien ! Mon copain aimerait qu'on part vivre en maison, moi ça me fait peur ! Car comme tu l'expliques, je me sentirais encore moins en sécurité ! Au moins, dans l'appartement, je me dis que déjà, la personne doit réussir à rentrer dans l'immeuble avant de venir jusqu'à ma porte. Je suis au dernier, il y a donc 4 appartements avant d'atteindre le mien, c'est débile mais ça me rassure ! C'est idiot, mais bon...

      Supprimer
  27. Bonjour,

    J'ai découvert ton blog complètement par hasard. Et c'est une bonne surprise. Déjà ton article sur ta recherche d'emploi comme fleuriste m'avait interpellée. Encore une fois, avec celui ci, tout est juste. Je me reconnais dans ce que tu écris.
    Merci
    Sandrine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, j'ai vu que j'avais pleins de petits mots de toi sur les articles en attentes ! J'y répond au plus vite ;)

      Supprimer
    2. Merci pour cette première réponse. ;-) ça ne doit pas être évident de répondre, rapidement, ton blog a de quoi susciter l'intérêt 👍🏼 et du coup occasionner de nombreux commentaires...

      Supprimer
  28. Si ça peut te rassurer, moi aussi j'ai tendance à me planquer quand on sonne chez moi, sauf si je sais que le facteur va m'apporter un colis ou que quelqu'un doit venir.
    Je n'ai pas peur mais je n'aime pas ça. Et comme toi j'éteins tout (ou baisse le son), je fais comme si je n'étais pas là, je ne fais plus de bruit, etc.
    Dans mon premier appart au CROUS j'avais même couper la sonnette via le disjoncteur (bon ça, c'est surtout parce que je supporte pas qu'on sonne, je préfère entendre frapper, je ne sais pas pourquoi, mais bon, c'est lié au fait que ça me perturbe dans mon cocon).

    Bref, courage à toi. Tu n'es pas bizarre ni anormale alors ne te prends pas la tête là-dessus. ;) D'ailleurs, pourquoi une personne qui n'aurait pas peur (surtout dans le cas que tu as décrit) serait plus "normale" (je n'aime tellement pas ce mot) que toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire, qu'en écrivant cet article, je me suis sentie comme rassurée de voir que je n'étais pas la seule à avoir ce genre de problème ! Avant d'avoir mon copain, tout mon entourage proche ne comprenait pas cette habitude, ils me disaient souvent que ce n'était pas normal, blabla... Alors, je me suis toujours dit qu'effectivement, je ne devais pas être normal. Avec le temps et grâce à mon copain je m'assume un peu plus, alors aujourd'hui je ne m'en cache plus ! Et oui, je pense que je suis dans la normalité, maintenant ;)

      Supprimer
  29. Ta cage d'escalier à l'air moins poussiéreuse que d'habitude avec cet éclairage :) Et j'aurais tendance à penser que vu là où vous êtes ça doit bien aider à la paranoïa les cas soc' du Poitou sont présents en force !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, il n'y a toujours pas eu de ménage de fait, promis ! C'est le reflex, il rend tout beau, même la poussière et la crasse de l'immeuble !

      Supprimer
  30. comme je te comprend, je n'aime pas non plus qu'on frappe à la porte, ou que l'on sonnera m'angoisse, je me demande toujours qui ça peut bien être ! Mais l'angoisse la plus handicapante dans ma vie, c'est que j'ai peur de la foule : dès qu'il y a trop de monde autour de moi que je ne connais pas : genre au supermarché et dans les magasin, ou les fêtes foraines, les foires etc j'angoisse à mort, je suis pas à l'aise et j'ai juste envie de me dépêcher de rentrer chez moi ! pourtant je ne suis pas antisocial, de part mon métier je suis souvent en contact mais j'ai l'impression de "gérer" la situation, alors que dans ces lieux, je ne contrôle rien : je suis sur la défensive et les gens me dérangent ! Mais on a tous notre part de bizarreries hein ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que ce soit une bizarrerie, mais bon, venant de moi, je sais pas trop si c'est rassurant... Haha !
      Je n'aime pas la foule non plus. Mais, moi c'est surtout que ça m'énerve. Je suis sur les nerfs s'il y a trop de monde, trop de bruit, je sais pas, j'aime le calme je crois !

      Supprimer
  31. Je pensais être seule! J'avais d'ailleurs fait un sondage sur Twitter et beaucoup avait répondu : Mais t'es parano !! (oui j'avais mis ça dans les choix!).
    Je te comprends donc juste parfaitement !! Même mon amoureux m'a dit : Si t'es toute seule et que tu n'attends personne, tu ne réponds PAS à l'interphone ! Donc il comprend bien mon mal être !
    Un jour (le soir), ça a sonné à l'interphone, j'ai répondu "Oui", les gens complètement bizarres répétaient "Ouiiiiiiii..." avec une voix chelou de psychopathes, et ça continuait comme ça... (oui, j'ai répondu aussi...). Je suis allée voir sur le balcon mais j'ai vu qu'un mec qui paraissait normal mais genre bien 10 min après le dernier harcèlement à l'interphone... Donc il se peut que ce n'était même pas lui. Mais quand ça a resonné (avant ces 10 min) j'avais qu'une envie : les insulter ! Mais je me suis reprise et me suis dit : Ils ont sonné à l'interphone, donc ils ont mon nom donc... ca craint si je parle !

    Pareil pour la porte... Pourtant c'est souvent le matin, donc heure de passage de colis. Mais là, je le sentais pas, du coup j'ai baissé le volume à fond, j'ai fermé la porte du salon qui mène à l'entrée et j'ai attendu que le gars parte... Sauf que le mec a insisté pendant au moins 5 min (et c'est long, j'ai cru que c'était toute une vie qu'il était devant ma porte). Il savait que j'étais là... Bordel, j'ai jamais autant flippé de ma vie :(

    Bref tu n'es pas anormale! Loin de làààààà ! Je pense qu'on est pas mal dans le même sac ! Et si mon amoureux trouve ça normal, alors c'est que je sais que je le suis. Lui ouvrirait sans souci, moi je me sens petite et sans défense.

    Courage à toi ! Je pense que chez nous, on a le droit de se sentir en sécurité, donc c'est humain ce genre de réactions !

    xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais réagi exactement comme toi dans ce que tu racontes dans ton commentaire. Comme je le raconte dans mon article, quand un fou a réussi à rentrer j'étais vraiment terrorisé. Et c'est souvent le cas. C'est fou que les gens disent en gros que tu'es parano. Ou ils veulent faire les malins sur internet, je sais pas. Parce que si tu regardes dans les commentaires de cet article, nous ne sommes pas les seules, loin de la.

      Supprimer
  32. Bonjour. Je viens de découvrir ton blog grâce à Hellocoton. je suis à la recherche de ce genre de blog car je viens de créer le mien très récemment http://leshumeursdunemereagitee.over-blog.com/ . Super ton article. j'ai beau chercher mais je crois que je n'ai pas une aussi grande peur que toi. Plus une appréhension incompréhensible par mon entourage : conduire en ville et vers des endroits que je ne connais pas. Ma voiture est télécommnadée entre ma maison, mon boulot et les écoles de chacun. Un peu vers les courses et c'est tout. Aprés c'est terrible pour moi. Alors oui je te comprends. Avoir peur et surmonter cette peur, je pense que c'est impossible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :)
      Pour la conduite, j'avais aussi ça au début. Je n'aime pas trop prendre des routes que je ne connais pas, encore moins si elles sont très fréquentées ! Et puis un jour, mon GPS a voulu ne pas écouter mes ordres, il m'a mise sur l'autoroute. 4h ! Depuis, je peux rouler ou je veux, haha !

      Supprimer
  33. Ah punaise comme je te comprends. Quand j'étais petite j'avais une trouille des gens, c'était incroyable, si je ne sentais pas la personne elle ne pouvait pas rentrer chez moi sans que j'aille me réfugier dans ma chambre, sous mon lit ... et puis en grandissant ça s'est calmé. Comme tu l'as dit ma maison c'est un foyer, où je me sens en sécurité, donc forcément si quelqu'un sonne à ma porte sans que je sois au courant au préalable je n'ouvre pas ... Il y a trois ans nous nous sommes fait cambrioler. J'ai été totalement traumatisé par cette expérience, pas uniquement à cause du côté "matériel" du vol, c'est chiant mais ça se rachète, mais par le fait qu'on soit rentré chez moi sans y être invité et que l'on fouille dans nos vêtements (voir sous-vêtements) et j'en passe... Depuis je n'arrive plus à voir mon "chez-moi" comme quelque chose de rassurant, de sécurisant, même si depuis nous avons déménagé, je stresse d'autant plus que nous avons un chat maintenant, qui ne sort pas, et à l'idée qu'il disparaisse, qu'on me le kidnappe ou pire me rend malade... (mais bon sinon niveau santé mentale je gère hein t'inquiète ^^)... Donc bon tout ça pour dire que tu n'es pas seule !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cambriolage... Voilà un truc, qui me fait peur ! Et comme toi, pour une seule raison, en particulier : mes chats ! J'ai tellement peur que quelqu'un rentre, les laisse sortir... Si je perds mes chats c'est la pire chose au monde. Je préfère donner tout ce qu'on a chez nous que perdre mes chats ! De toute manière, dès qu'il se passe quelque chose moi, je sauve en premier mes chats. À chaque fois. L'instinct maman chat, tu sais !

      Supprimer
  34. J'ai peur des bruits dans mon couloir. Vivant en cité U, à 50 étudiants voir peut être même plus par étage c'est plutôt dérangeant parfois. Même si je rentre que pour quelques minutes je ferme à double tours c'est ma façon de me sentir en sécurité.

    RépondreSupprimer