Mon corps, mon pire ennemi.

15:03 Glad Wood 31 Comments


Vous l'aurez compris au titre. Vous l'aurez compris, si vous me lisez de temps en temps, je déteste mon apparence physique. D'aussi loin que je me souvienne, d'ailleurs. J'ai toujours, toujours était une fille pleine de complexes. Mon cul, mon ventre, mes cuisses, mes hanches, mes genoux, mes bras, mon cou, mon visage, mes cheveux... Tout, je déteste tout. Depuis toujours.

Ça remonte surtout, surtout a l'adolescence. Ahhh le collège, quelle charmante période de la vie. J'ai eu la merveilleuse surprise d’être formé très jeune. En 6eme j'avais déjà une poitrine tout sauf discrète, un cul à la Kim Kardashian... (Sauf qu'à cette époque, ce n'était pas la mode.) Et j'ai pris. Oh oui. Mon groupe de copines, c'était un peu les "bombasses" de la classe. Toute fine, toute douce, une peau parfaite... Pis y avais moi. La copine "moche", la copine "grosse". Et j'ai grandi, en pensant de moi, ce que les autres me disaient, forcément. Et comme j'étais une gosse à problème, en plus, j'étais agressive. Je sais que certaines de mon collège me lisent aujourd'hui, elles pourraient confirmer. J'attendais avec impatience la fin du collège et la débilité des garçons. Vraiment, c'était eux les pires. Les filles ayant trop peur que je sois brutale. C'est un avantage, on m'a pas persécuté. Même les populaires, elles se la ramenaient pas. (Non-populaire, bas peuple du collège, je vous ai vengé durant toute ma scolarité. C'était ma passion.) Bref, je m'égare et je ricane sadiquement de mes conneries, en plus. 



La fin du collège, le début du monde du travail, l'apprentissage, ça n'a pas trop arrangé le truc. J'étais plus mature (merci le boulot), mais toujours aussi peu fan de moi-même. Et quand ce n'était pas mes "camarades" c'était ma propre mère qui aimait me faire entendre que j'étais laide. Sympathique ! D'ailleurs, c'est à cette période de ma vie, que j'ai commencé à me faire des "modifications corporel". Colorations en veux-tu, en voilà, piercings... J'avais toujours besoin de faire quelque chose pour me sentir mieux. Sans succès. Une perte de temps. Que je sois, brune, rousse, blonde, percée, pas percée, j'avais toujours un dégoût profond de mon corps, de moi. C'est une fatalité. Et j'avais toujours, dans mon entourage des garçons qui prenaient un malin plaisir à me rabaisser sur mon physique. Je n'ai jamais été celle qui se maquillait pour couvrir ses défauts. Je n'ai jamais su "me mettre en valeur", parce que pour se mettre en valeur, même un minimum, il faut aimer certaines choses sur soi, ce n'est pas mon cas.

Aujourd’hui, je suis quelqu'un de plus dur, de plus forte, mais mon physique ça reste une grosse, grosse faiblesse. Je ne me supporte toujours pas. L'avantage, c'est que je n'ai plus dans mon entourage des mecs immatures, qui se permettent des réflexions désagréables. Mais, ce dégoût de moi-même, ça reste un gros problème, toujours très présent. J'ai beau avoir un copain en or, qui luit me couvre de compliments, je n'y crois pas. Jamais. Je souffle, lève les yeux au ciel... En plus de ne pas y croire, je n'accepte pas les compliments. Je sais que ça l’énerve, beaucoup. Mais c'est plus fort que moi. Je cache souvent ça, je déguise ce mal-être avec l'humour. C'est une technique, comme une autre. La plupart du temps, ça fonctionne plutôt pas mal. Mais souvent, ça me revient en pleine tronche. Et ça fait mal.

Dernièrement j'ai fait beaucoup d'articles qui m'ont mis face à ce problème. J'ai dû me prendre en photo. Le calvaire. Affronter mon image et la mettre ici, a la vue de tous. Pour un article avec deux, trois photos de moi, je peux mettre facilement deux jours à faire les photos. 150 photos plus tard, il n'en reste plus que deux, trois que je n'aime pas. Trois maudites photos où je ne vois que mes défauts. Défauts, qui n'en sont peut-être pas pour les autres, mais qui sont horribles selon moi. Et je déprime. Mais pour de vrai. Genre mon moral en prends un gros coup. Je me répugne, je me dégoûte et j'abandonne parce que de toute manière "Que je fasse 5 ou 50 photos, j'ai une gueule de mort, ça n'y changera rien !" J'ai beau être adulte, je n'arrive toujours pas à vivre avec mon corps. Alors, je lui fais subir des heures et des heures de tatouages, je l'agresse pour avoir une partie de lui décoré, une partie de lui que j'aime. C'est débile ? Peut-être, mais c'est la seule thérapie qui fonctionne pour moi. 



J'avais écrit un article, il y a quelque temps, réaction a chaud, après une "séance photo" pour le blog. Je l'ai relu et je me suis dit "Quelle vilaine menteuse Gladys !" parce que a la fin de ce maudit article, j'ose dire une morale a la con, du genre "Je suis moche, mais je le mets en ligne quand même. Il représentera le jour ou j'ai décidé, d'essayer de m'accepter !" Je le pensais peut-être vraiment, mais je vous assure, que des mois après, il n'y a aucun changement. C'est même de pire en pire, d'ailleurs... Mais pourtant, il est vrai que de ne pas s'aimer est une chose, mais que de s'assumer, de s'accepter tel qu'on est, c'est très important. Je n'ai juste pas la moindre idée de comment on s'accepte. De comment on se regarde dans le miroir sans ne voir que du négatif. Non, vraiment, j'en sais toujours rien. Pourtant, en maintenant 24 ans de cohabitation avec ce fichu corps, ce fichu physique, il serait temps de trouver un terrain d'entente. Si un jour, j'y arrive je vous donnerai la recette miracle, promis.

& vous, votre physique est-il un ennemi ou un ami ? 

Mon physique ingrat & moi, on vous embrasse quand même.  




You Might Also Like

31 commentaires:

  1. Je me reconnais totalement dans ton article dans le fait que je n'ai jamais été en harmonie avec mon corps (il est des plus banale, pas plus beau ou moche qu'un autre, c'est juste un corps quoi) mais j'ai très mal vécu mon adolescence et tous les changements que ça implique ce qui m'a valu une dépression et un mois d’hôpital. Même presque 4 ans après c'est toujours aussi difficile malgré le soutient que je peux avoir au quotidien. Je comprends ce que tu peux ressentir et tout ce que je peux te dire c'est de persévérer, que ça viendra avec le temps (c'est bateaux, on a dû te le dire tellement de fois mais malheureusement pour toi je n'ai pas encore trouvé de recette miracle pour s'aimer tel qu'on est :/)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire m'a fait sourire. Pas parce qu'il est joyeux, mais parce que en lisant je me suis dit "oh mais non, elle est folle de sans être tellement rendu malade, alors qu'elle est loin d’être moche !" Et j'ai sourit, parce que je suis capable de te dire ça à toi, alors que de mon coté, je fais exactement la même chose...
      La premier des deux qui trouve la recette, la donne a l'autre, promis !

      Supprimer
  2. Coucou ma belle,

    Je ne sais pas encore si mon commentaire va être long ou non (je penche plus du côté de la première option ahah), donc je m'excuse par avance s'il est décousu, mal foutu, un peu tremblotant, bref, s'il est un peu caca quoi.

    Je ne m'attendais pas du tout à lire ce genre d'article ici, du moins, je ne pensais pas lire quelque chose d'aussi dur, et d'aussi triste. Je te rassure, ce n'est pas de la pitié ou quoi que ce soit, loin de là ! C'est juste qu'étrangement, ça fait mal de lire ce genre de choses. Non pas parce que ça me touche moi (enfin si, mais j'y reviendrais après), mais parce que quand on apprécie quelqu'un, qu'on aime lire ce que cette personne écrit, et qu'on se rend finalement compte que cette même personne ait un "dégoût" si profond de sa propre personne.. Et bien ça fait mal, tout simplement. On ne se connaît pas, et pourtant... J'en sais rien, ton article m'a réellement touchée. C'est un peu comme si j'entendais une copine parler d'elle comme ça, et ça m’insupporte. Ça m'insupporte parce que dans ces cas-là, je ne sais pas quoi faire pour aider, remonter le moral, bref, me rendre utile !

    Je sais ce que c'est que d'être mal dans sa peau (après tout, je n'ai que 17 ans, et je suis encore en plein adolescence ahah) : Entre les boutons, les formes féminines qu'on a parfois du mal à accepter, ces hanches qui s'élargissent, ces cuisses un peu moins fermes et musclées... Bref, le corps et ses changements ne m'ont pas toujours ravie pour tout te dire.

    Je ne viens pas pour faire ma pub, de toute manière on s'en fiche complètement, mais j'avais parlé de mes complexes dans un billet, en Août dernier. J'y racontais mon mal-être par rapport à mon dos et mes épaules, que je ne supporte pas de voir dans un miroir. Alors oui, "ça va", parce que ça ne se voit pas immédiatement, mais quand on SAIT que ces choses qu'on déteste sont là, on ne peut pas s'empêcher d'y penser. J'ai une peau affreuse, et bien qu'il y ait des périodes où ça va un peu mieux, les imperfections reviennent toujours (bon, après je me plains mais je n'utilise plus rien pour traiter tout ça - mais bref !)...

    Mais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À la validation des commentaires, c'est certain ton commentaire est certainement le plus long que j'ai dû valider dans ma vie de blogueuses. Je veux dire... 3 commentaires en un, quand même ! Alors d'avance, je m'excuse moi aussi, si ma réponse est décousue !

      Moi, je ne m'attendais pas du tout à lire ton ressenti sur cet article. Jamais je n'aurais pu croire, que ça te fasse cet effet. Et, c'est débile, mais je m'en excuse, parce que ce n'était pas du tout le but, tu t'en doutes ! Écrire, c'est une thérapie, depuis toujours, et souvent devoir illustrer un de mes articles avec des photos de moi ça me rend malade. J'ai eu envie d'en parler ici, pour me libérer, comme je fais souvent. Pour avoir des retours, d'autres filles qui comme moi vivent très mal avec leurs corps. D'ailleurs, je vais aller fouiller ton blog, pour trouver ton articles sur tes complexes, des que j'aurais fini de te répondre !

      En tout cas, je n'en suis pas à la moitié de ton "récit" . Et je suis déjà très touché par ce que tu me dis ! C'est dans ces moments-là que je suis heureuse d'avoir osé mis un article en ligne. Merci beaucoup, c'est adorable.

      Supprimer
  3. Oui, parce qu'il y a un "mais" quand même, j'allais pas te démoraliser en te disant que mes complexes font de ma vie un enfer !

    Mais tu verras, que petit à petit, sans faire quoi que ce soit de particulier, tu verra quelque chose chez toi, un détail que tu ne supportais pas, et puis tu te diras "Finalement, c'est pas si terrible que ça". Peut-être que tu n'aimes pas tes yeux (si c'est le cas je te les échangerais bien, je suis lassée de mes yeux marron cochon ahah !) ? Ou bien ton nez ? Ton nombril (oui, je connais des gens qui n'aiment pas leur nombril que veux-tu) ? Bref, tu m'as comprise. Et bien un jour, lointain ou non, j'en sais rien à vrai dire, tu vas voir cette chose, CE bout de toi, et tu n'y prêteras plus attention, ou du moins, plus la même attention négative et néfaste.

    De mon point de vue (promis j'ai bientôt terminé), pour s'accepter, les méthodes "SE METTRE DEVANT UNE GLACE ET DIRE "OMG JE M'AIME JE SUIS BELLE"", et autres choses du genre, ne marchent pas (du moins, c'est assez compliqué je trouve). L'une des premières choses à faire (et sans doute l'une des plus difficiles), c'est arrêter de se soucier du point de vue des autres, de sortir en se disant "Tout le monde va voir telle ou telle chose chez moi", mais aussi et surtout d'arrêter de se regarder en se disant "Mon dieu j'ai ça qui va pas, et puis ça, et ça aussi". Il faut éviter de se scruter dans les moindres détails (bon ok, c'est assez compliqué vu qu'on voit notre tronche tous les jours dans le miroir de la salle de bain - à moins qu'on soit les gars dans "Divergente", je me souviens plus de leur classe sociale - mais bref je m'égare), et si on se regarde quand même, il faut essayer de ne retenir que le positif. Bon ok, je dis ça mais j'ai eu du mal à en trouver au début. Mais même quelque chose qui semble insignifiant peut suffire à se sentir, petit à petit, un peu mieux avec soi.

    Regarde par exemple mon nez (désolée, je ne suis pas narcissique et je ne veux en aucun cas ramener le sujet à moi, mais c'est un peu le seul exemple que j'aie à disposition !) : Il est droit et remonte très légèrement à la pointe. Crois-le ou non, mais je l'ai détesté. Je l'ai haï, parce que je le trouvait un peu trop "plat", comme une sorte de continuité avec mon front, qui me faisait un profil absolument dégueulasse, et qui avait une espèce de vieille façon de rebiquer à la fin. Aujourd'hui, je l'adore. Ça s'est fait un peu "comme ça", à vrai dire, mais aussi à coups de petits compliments par-ci, par-là. Je suis comme toi : Je lève les yeux aux ciels quand on me complimente, et au début, ça m'agaçait vraiment, parce que j'étais persuadée qu'on se moquait de moi en me complimentant, que ce n'était pas sincère. Et puis au fur et à mesure que j'entende "Il est joli ton nez !" de la part d'une personne, puis d'une autre et encore une autre (non, on ne me complimente pas souvent, mais c'est pour illustrer le propos), et bien ça m'a aidée à me rendre compte que non, mon nez n'est pas siiiii terrible que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends depuis des années le déclic comme tu as eu pour ton nez. Sans grand succès. Sauf, SAUF, depuis mes tatouages. Maintenant, les seules parties de mon corps que j'aime, que je ne critique pas H24 c'est celle recouverte d'encre ! Alors, c'est un début, non ?
      Mais c'est un peu radical, de se couvrir de tatouages pour ne pas détester son reflet dans le miroir, c'est vrai. Mais eux aussi, ils ont un effet thérapeutique sur moi. Physiquement & mentalement....

      D'ailleurs après vérification de 50 photos un peu partout, j'ai du mal à comprendre comment tu as pu maudire ton nez. Et bien heureux de lire, que désormais c'est ton ami, parce qu'il est très bien ! Je vais essayer de lire plus de trucs sur le "body positive" aussi, ça serait peut-être un bon début !

      Supprimer
  4. BREF ! Je suis désolée, je crois que je pars en vrille (je viens de rédiger une dissertation c'est peut-être pour ça que je ne m'arrête plus d'écrire) ! Ce que je veux dire, au final, c'est qu'il faut que tu apprennes à t'aimer. Alors oui, dit comme ça, ça a l'air facile alors que ça ne l'est pas du tout. Mais tu vas y arriver, pas à pas. Tu vas apprendre, comme je te l'ai dit, à aimer des petits trucs chez toi, même minimes. Puis ces petits trucs deviendront de grands trucs, etc, etc...

    Je pense qu'il faut se laisser le temps. Le temps pour être à l'aise avec notre reflet dans le miroir, notre image sur des photos. Le temps pour apprendre à aimer quelque chose chez nous, n'importe quoi. Le temps pour s'aimer, tout simplement.

    SUR CES BONNES PAROLES PLEINES D'AMOUR, MA JOLIE GLADYS (je sais pas pourquoi je crie, je pense que c'est pour marquer la phrase finale ahah), JE TE SOUHAITE UNE BELLE FIN DE JOURNÉE. Et désolée encore pour le pavé, promis, j'ai essayé de le réduire en me relisant (à l'origine, il y avait trois paragraphes en plus ahah) :P

    De gros bisous (◡‿◡✿)

    P.S : En tout cas, dis-toi qu'aux yeux de tes chats, c'est toi la plus belle des humaines (c'est ce que je me dis quand mon Guizmo me regarde avec amour... Lui servir ses croquettes).

    #ElodieHumoriste

    (NON MAIS STP J'AI DÛ TE FAIRE CA EN TROIS PARTIES TELLEMENT J'AI ECRIT, QUEL EST LE FUCK ?!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuses pas, c'est vrai que c'était très long, mais c'était surtout très constructif. Et j'ai pris plaisir à lire tes différents exemples. Tu es peut-être plus jeune que moi, de quelques années, mais tu es bien plus positive avec ton corps, que moi. Je devrais vraiment prendre exemple sur toi, sur ce point. Mais ce n'est pas gagner d'avance. Déjà, je pense que le dire ici, c'est un début, parce que c'est un sujet très tabou chez moi, mon physique.

      La prochaine mission, c'est trouvé une partie de mon corps, visage que je déteste moins que les autres, hors tattoo & piercing ! Haha, je rigole d'avance car je ne sais pas quoi cité sur mon corps à ce moment précis. JO-KER !

      En tout cas, merci, merci, merci pour tes mots. Ça m'a fait du bien de te lire, vraiment !

      Supprimer
  5. Et pourtant ma Gladys je te trouve belle !!!

    RépondreSupprimer
  6. Putain de merde (pardon)... cet article, j'aurais pu l'écrire ! C'est d'ailleurs super flippant de lire ce que je pense aussi de moi-même mais écrit par quelqu'un d'autre, ça m'a collé une grosse baffe dans la tronche. Je lis énormément de chose sur le body positive parce que c'est plus ou moins à la mode en ce moment mais il est super compliqué d'intégrer le fait de pouvoir s'aimer quand on se déteste depuis presque toujours. Des années que je me torture l'esprit pour savoir s'il vaut mieux que je perde du poids ou que je commence à m'aimer, résultat je n'ai encore rien fait de tout ça. Hier j'ai lu cet article (http://bit.ly/1QYleIH) de cette fille qui est une papesse du body positive et puis il y a aussi ce site (fuckyourbadvibes.wordpress.com), j'essaie de lire ce genre de choses régulièrement mais putain, qu'est-ce que c'est dur ! Du coup j'agis comme toi, je change souvent mes cheveux et je me suis fait tatouer/piercer, j'ai développer le "fuck you" dans le regard pour avoir la paix mais rien à faire. Au final, on est comme prisonnières de l'image qu'on nous a insufflée pendant notre construction (j'emmerde la puberté) alors qu'une fois adultes, les gens nous laissent plus ou moins tranquilles (non parce que moi aussi je vis avec un mec qui m'idolâtre, haha, mais ça suffit pas, c'est chiant).

    Bon, désolée, je ne t'aide pas beaucoup. Mais enfin je te soutiens à 1000% dans ta quête de l'acceptation de soi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu m'aides parce que je vois que je ne suis pas la seule déjà, et surtout parce que moi je te trouve jolie et de me dire que tu ne t'aime pas alors que j'ai une "bonne image" de toi, je trouve ça fou. & je me dis, que du coup, c'est peut-être la même chose pour moi & les autres. Je ne suis pas très claire, tu m'as comprise ?

      Et merci pour les liens je ne connaissais pas du tout le "body positive", je vais aller voir ça de suite, en espérant, que ca m'aide un peu ^^
      Merci pour ton gentil commentaire, comme toujours ♥

      Supprimer
  7. Je repense à un truc que j'ai oublié de te dire dans mon précédent commentaire mais je trouve que Snapchat aide vachement à faire face à son image sans vomir, personnellement ça me met devant le fait accompli et je me dis que c'est pas si pire ! Parfois j'essaie aussi de me forcer à faire des selfies... bah c'est pas simple mais il m'arrive de me tolérer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha ! Snapchat me mets face a mon image, en direct live et c'est terrible pour moi. Pourtant, je l'utilise H24, mais ça me conforte plus dans mon idée du "T'es laide" qu'autre chose...

      Supprimer
  8. Mon physique n est pas un ami mais je n irai pas jusqu'à dire qu il est mon ennemi, je fais avec
    Pour moi pas de piercing ou autre suis une vraie poule mouillee je ' aime pas avoir mal et je cicatrice très mal :@
    En tout cas bel article tu as la capacité à transmettre tes émotions, c est tjrs difficile de affronter le regard des autres, de se mettre à nu comme tu le fais !!
    J espère que tu vas trouver un moyen de te réconcilier avec ton corps :-P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je fais avec" ... C'est une phrase que j'espère pouvoir dire & penser dans quelques années. J'aimerais bien qu'on se réconcilie, mon corps & moi, mais après tant d'années, la route sera longue je pense !

      Merci beaucoup pour ton petit mot ! Effectivement, c'est pas si simple, une fois dans la vie réelle d'assumer tout ce que je dit ici. Mais, c'est le jeu du blogging, aussi ^^

      Supprimer
  9. Ton article est très touchant. Je pense qu'on sera beaucoup à s'y reconnaître. J'espère lire la recette un jour et sinon, tant pis, je lirai et contemplerai plus de tes superbes piercings et tatouages :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis, si je trouve la recette miracle, je partage !
      En attendant, je la cherche, j'y travaille dur !

      Supprimer
  10. Le jour où j'ai commencé à m'accepter, c'est le jour où j'ai arr^été de faire des grimaces sur toutes les photos, si je devais être moche, autant que ce soit à cause d'une grimace..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça t'est venu, comme ça ? D'un seul coup ?

      Supprimer
  11. Oh ton article m'a énormément touché... A cause des remarques des autres, quand j'étais ado je suis devenue anorexique morbide.. Mais sache une chose c'est que chacun est comme il est et tu es toute belle :) Penses toujours au meilleur de toi même pas au contraire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'adolescence. Les ados. Quel rite de passage merdique !
      J'espère du fond du cœur, que pour toi aujourd'hui, tout va mieux !
      J'essaie de garder, dans l'esprit ta dernière phrase, mais je ne promets rien !

      Supprimer
  12. Pourtant moi, en tant que personne extérieure qui ne te connais pas du tout, en te voyant juste une fois par curiosité en regardant des blogs pour occuper mon dimanche, et ben je vois une très jolie jeune femme simple et au naturel. Un très beau visage et de très beaux yeux. Et tu as une très jolie silhouette.
    Et puis quand bien même ce ne serait pas le cas, la beauté extérieure c'est bien peu, tout le monde y accorde beaucoup trop d'importance. Si ton chéri t'aime et te trouve belle, tout va pour le mieux ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, merci beaucoup pour ton avis neutre !
      Je pense aussi, qu'avec toutes ses superbes filles en couverture de magazines, les nanas lambda, comme moi complexent beaucoup... Dans une société qui, comme tu le dis si bien, accorde beaucoup, beaucoup d'importance au physique.

      Supprimer
  13. Hey!

    La confiance en soi, c'est quelque chose qui ne s’obtient pas du jour au lendemain, c'est certain. Cela m'a pris deux-trois ans pour m'accepter telle que je suis. C'est plus long pour certains, plus court pour d'autres.
    Comment faire? Regarder des vidéos sur Youtube sur la confiance en soi. Ça m'a beaucoup aidé, et j'espère que ça t'aidera aussi.
    Grâce à ça, je me moque de mes "défauts". Le mot même m'amuse: qu'est-ce qu'un défaut? Quelque chose que les canons de beauté actuels rejettent? Les sourcils fournis étaient encore disgracieux il y a quelques années, et on les adule aujourd'hui (des femmes même s’implantent des poils à cet endroit!).
    Alors oui, on peut être mince, ronde, brune, rousse, blonde, grande ou petite, c'est cette différence entre les femmes (et les hommes!) qui font notre richesse et notre différence.

    Tout le monde a quelque chose de beau. On a tous un détail de notre corps que l'on aime. Ce qui m'a interpellé chez toi, ce sont tes yeux. Ils sont très beaux!
    Bien sûr, tu peux te dire qu'ils sont bleus, et c'est tout. Qu'ils n'ont rien de spéciaux. Et bien non, tu as tout faux si tu penses ça.
    J'ai les yeux marrons, et je les trouvais banals. Mais non! Ils sont beaux comme ils sont, ils ont des nuances, pleins de petits détails qui font leur caractère unique... comme les tiens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh chouette, mes sourcils seront de nouveau "tendance", moi qui refuse de perdre du temps à les épiler ou quoi ! Voilà déjà une bonne nouvelle ! Merci !!

      Je tente de regarder des vidéos sur le "body positive", on verra si ça change quelque chose, aussi minime soit-il ! Ce sera toujours ça de bon à prendre !
      Pour mes yeux bleus, tu as vu juste. Pour moi ils sont "juste bleus"... Et quand on me dis qu'ils sont beaux je me dit juste que les yeux bleus font toujours cet effet, rien de plus ^^

      Enfin bon, merci beaucoup pour ton commentaire, c'est adorable ♥

      Supprimer
  14. (suite du commentaire)

    Alors bon, explique-moi à quoi ça te sert de dire que tu te sens "moche" ou que tu as une "gueule de mort"? Parce que toute personne est belle. Et rien que d'accepter ça, de t'accepter par la suite, c'est une victoire.
    Avant, je restais bloquée sur un "défaut" que j'avais: je n'aimais pas mon nez. Ça me bloquait comme pas possible, et je ne pouvais penser interpeller quelqu'un dans la rue, même pour demander mon chemin. Tout ça à cause de quoi? Cette foutue pression sociale qui nous juge, et qui nous dit que nous devons ressembler à ça, et juste à ça, pour être considérée comme belle ou beau.
    Maintenant, j'ai passé tout ça. Je m'accepte comme je suis. Je trouve mon nez mignon, et je suis arrivée à m'accepter, et à voir tout ce qui était beau chez moi.

    Et toi? Que préférerais-tu? Ressembler à un canon de beauté actuel, en te métamorphosant par le biais d'opérations, et en t'enlevant tout ce qui fait ta richesse et ta spécificité, ou être toi-même, te trouver belle avec toutes les qualité que tu as?

    Laisse moi te convaincre par une simple mise en situation. Tu es dans un bar, tu bois un verre, seule, et tu remarques ce garçon.
    Situation 1: Ce garçon est très beau, type mannequin, ton "idéal" masculin... mais il est timide, il n'ose pas t'aborder, et il te fait même un peu peur à te regarder de loin, avec un regard de biche perdue: il n'est pas sûr de lui.
    Situation 2: Ce garçon est assez banal: pas un mannequin, mais il a du charme. Il te lance quelques regards d'homme assuré avant de t'aborder et de te mettre à l'aise. Il n'est peut-être pas aussi beau que le garçon de la situation n°1, mais il a de l'assurance, a confiance en lui, et sourit.

    Lequel choisirais-tu?

    Comprends-tu où je veux en venir? Dans la situation n°2, le garçon n'est peut-être pas de type "mannequin", mais il te met à l'aise, a confiance en lui, et ça, c'est plaisant, quelqu'un qui a confiance en lui. Qu se fout de ses "défauts", du regard que l'on peut porter sur lui: il s'accepte comme il est, il peut même s'amuser de ses petits "défauts"... et peu à peu, tu te rends compte qu'il n'est pas si mal, non?
    La confiance en soir métamorphose une personne. Le garçon n°1, qui est beau mais qui n'a absolument pas confiance en lui, semblera moins attrayant, non?

    Tout ça pour te dire que la confiance en soi, ça rend beau n'importe qui. Essaye, tu ne seras pas déçue. Tout le monde mérite de se sentir beau, belle, et désiré(e). Car oui, en s'acceptant, tu es solaire, souriant(e), et les gens viendront tout simplement vers toi. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concrètement ? À rien, ne strictement a rien. Je suis bien d'accord. Mais c'est plus fort que moi, je n'arrive pas à sortir une phrase positive quand je me regarde dans le miroir, c'est... Inexplicable.

      Mais, j'ai beau ne pas m'aimer, je ne suis pas du genre à rêver d'opérations, de régimes puissants pour perdre du poids, pour me métamorphoser physiquement. Ce n'est pas du tout un truc qui me donne envie, mais alors : pas du tout. C'est d'ailleurs un peu paradoxal, je ne m'aime pas tel que je suis, mais je ne rêve pas de me changer physiquement pour autant.

      Pour les situations dans ton commentaire, je me tournerais directement vers le garçon moins mannequin, mais confiant, j'ai toujours préféré un homme qui dégage quelque chose, que par un physique !

      La solution miracle, c'est qu'un jour je m'accepte. Que j'arrive a avoir confiance en moi serait une bonne chose aussi, mais allons y doucement, hein ^^


      Supprimer
  15. Mon physique est mon ennemi... nous avons parfois réussi à cohabiter en toute sérénité... mais il m'en veut et je lui en veux... mais... j'ai appris à faire avec... le plus souvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire... Il y a des hauts & des bas, quoi.
      Mais pour l'avenir, je te souhaite d'avoir des hauts, c'est beaucoup plus facile de vivre avec une bonne image de soi !

      Supprimer
  16. Coucou ! :-)

    Super article et je m'y retrouve un peu aussi !
    Même si je n'étais pas totalement comme toi, j'ai toujours eu ce dégoût pour mon corps, je ne voulais pas le voir changer.

    Je n'acceptais pas mes formes, je ne voulais être une femme et le regard des autres me mettaient mal a l'aise.

    Ça été très long pour que je commence a m'accepter et plusieurs choses m'on aidée:

    -prendre de la distance avec ma mère (1000km environ ^^ )
    -arreter de rencontrer des mecs pas faits pour moi
    -voir un psy
    -rencontrer un mec génial et réussir à le garder !
    -et enfin... Et surtout, me faire tatouer !!

    Comme tu le dit si bien, les parties de mon corps qui sont tatouees sont les plus belles a mes yeux. Et j'ai bien l'intention d'être tatouée partout partout !!

    Bises :-)
    Et encore merci pour ton article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tatouage est une bonne thérapie, c'est clair !
      Malheureusement tout le reste ne fonctionne pas chez moi. Mon homme a beau me dire tout ce qu'il veut, je me dégoute et je ne comprends pas, ne crois pas que ce ne soit pas le cas pour lui... Un peu tordu, oui, je sais... Mais c'est vraiment plus fort que moi.

      Supprimer