Nous avons grandi sans père, mais tout ira bien, promis.

19:36 Glad Wood 20 Comments

J'ai eu un appel imprévu ce matin. En raccrochant, j'ai eu envie d'écrire. Et puis, j'ai hésité, car je crois bien n'en avoir jamais parlé ici... Et surtout, comme je le disais dans l'article précédent, écrire ici, alors qu'une bonne partie de ma famille regarde mes articles, ça me bloque... Et puis, je ne sais pas, j'ai réfléchi et si ça blesse les gens, c'est que je dis vrai. Alors, vous savez quoi ? Rien à foutre, j'écris !  
C'est un secret pour personne, si vous lisez le blog, vous savez que j'ai grandi sans père et que j'ai une petite sœur, du côté de ma mère. Ce que je n'ai jamais dit ici, c'est que du coté mon père, j'ai un petit frère. Et, malheureusement, je n'ai pas grandi avec lui, puisque mon père n'était présent ni dans ma vie, ni dans la sienne, au final. Je voyais mon petit frère assez régulièrement quand il était petit, car nous habitions encore dans le même département et que sa mère a toujours fait en sorte que je puisse le voir. Et puis, avec le temps, j'ai déménagé à 6h de lui. Et mise a part quelques messages, nous ne nous voyions plus ou très peu. Je l'ai vu pour la dernière fois au mariage de notre père, il y a deux ans.

Si j'écris aujourd'hui, c'est que je suis très triste et très en colère contre moi, pour être franche. Triste parce que je viens de prendre conscience que lui aussi souffrait de l'amour qu'il porte à notre père. Comme j'ai souffert a son âge. À son âge déjà, moi aussi j'étais malade de la relation avec mon père et j'aurai tellement voulu avoir quelqu'un avec qui en parler. Je n'avais personne et je me suis enfermé dans un silence qui m'a détruite. Et aujourd'hui, c'est toi, mon petit frère, qui t'enferme dans un silence qui fait mal. Et moi, je suis là, "soigné" de ce mal, sans me dire, que toi, tu es en plein dedans. Je parle souvent de ma petite sœur, car je l'ai vu grandir et que nous avons donc un lien flagrant. Mais, j'ai oublié trop souvent, que j'avais de l'importance pour quelqu'un d'autre aussi... Je suis désolé d'avoir mis tant de temps à le comprendre... Je crois, que je ne m'excuserais jamais assez... Je n'ai pas été présente et c'est franchement une attitude de connasse. Ce n'était pas contre toi, promis. Mais en partant, j'ai cru que tu grandirais avec ton grand frère, sans vraiment avoir besoin de moi. Aujourd'hui, je viens de me prendre dans la tronche ce que j'ai toujours reproché à notre père, l'abandon . Physique,sentimental... Mais, a son inverse, dès ce soir, je serais là, pour toi, avec toi. Et plus jamais, jamais, je ne te laisserais. Nous n'avons pas tous ce gêne de l'abandon dans la famille, promis. Tu verras. Je ne te le dis pas assez, je ne te le montre pas assez, mais je t'aime. Vraiment. 

Cet article est aussi bizarre que mon ressenti. J'ai trop d'émotions et je n'arrive pas à savoir laquelle l'emporte. Je m'en veux, tellement. J'ai beaucoup pleuré aujourd'hui, en me disant que j'ai étais totalement absente alors que lui, attendais de moi tellement plus. Et j'en veux aussi beaucoup à notre père, qui ne sait définitivement pas comment aiment ses enfants. J'ai tellement voulu me protéger de mon père pendant des années, que j'en ai oublié le rôle d'une grande sœur, à savoir, protéger l'autre. Je lui en veux également beaucoup de ne pas avoir su nous "élever" comme des frères et sœurs. Parce que s'il l'avait fait, nous serions certainement plus proche... 
Je profite de ce petit texte, pour tous les autres, qui ont grandi sans père. Mais qui ont dû faire face, seul(e). C'est une blessure qui ne se ferme jamais complètement. Mais avec le temps, cette blessure devient une force. Une force qui peut faire mal, mais je vous assure, qu'un jour, vous arriverez à ne pas pleurer, à ne PLUS être malheureux chaque jour. La fête des pères ne sera plus synonyme de larmes. Ni de haine, elle ne sera un jour comme tous les autres.Grandir sans père, n'est pas une honte. Ce n'est pas de VOTRE faute. Vous êtes l'enfant, lui l'adulte. L'enfant n'est pas responsable, quelle que soit votre histoire. Quoi qu'il vous dise, d'ailleurs... J'ai du mal à faire confiance aux hommes, mais ils ne sont pas tous comme nos pères. Ils ne nous abandonneront pas tous. Je reste cette petite nana, qui a besoin qu'on la rassure, qu'on lui prouve qu'on tient à elle. Parce que j'ai besoin d'avoir des signes d'affection, oui. J'en ai trop manqué, tout simplement... 

 Grandir sans père, ou sans affection de son père est difficile, mais pas impossible.

Et, aux pères, qui peut-être tombent sur cet article. L'abandon d'un enfant, ce n'est pas forcément quitter le foyer, sans s'occuper de l'enfant. Non, vous pouvez être là, a table tous les jours et ne pas vous en occuper. Un enfant a besoin de câlins, de moments de complicité, de jeux, de discussions. Il a besoin qu'on l'écoute, qu'on s'occupe de lui. Qu'il ait 3, 6, 10, 15, 18 ans. 

Si vous avez une "demi-sœur" ou un "demi-frère", ne sous-estimez pas l'amour qu'il peut y avoir entre vous, même si vous n'avez pas grandi ensemble, même si vous ne vous vous voyez pas souvent, même si vous êtes loin. Aimez-vous & montrez le vous, tout simplement !

You Might Also Like

20 commentaires:

  1. Coucou, comme je te comprends... Je sais, hélas, ce que c'est... Je m'en expliquerai peut être un jour, car il m'arrive d'en ressentir le besoin, mais ça me bloque... Bises et douce soirée. Ne t'en veux pas de trop, ce n'est absolument pas de ta faute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la toute première fois que j'en parle "vraiment" la plupart de mes proches l'apprendront via cet article, c'est pour dire...
      C'est dur d'en parler, mais je crois que j'en avais besoin !

      Ça viendra quand tu te sentira prête ♥

      Supprimer
  2. C'est très touchant ce que tu as écrit, très personnel... Je ne me retrouve pas dans tes mots, car j'ai eu la chance de grandir avec mes deux grands frères, et même si on a une famille assez casse-gueule, c'était quand même sympa, il y a longtemps.

    Je dis "frères" mais en réalité, on n'a pas le même père, mais ce que j'ai apprécié, c'est qu'ils ne m'ont jamais fait sentir cette différence. Fait étonnant (et assez triste), je m'entendais très bien avec le plus jeune (qui a sept ans de plus que moi), tandis que le plus âgé (qui a dix ans de plus que moi) ne me prêtait pas vraiment attention quand on était petits... Il a fallu que le plus grand se fasse renier (littéralement) par notre maman pour que notre lien se renforce, tandis qu'avec l'autre, il s'est brisé, et on n'est plus proches du tout... Enfin bref, je crois que je n'aurais jamais de véritable lien avec les deux à la fois ahah ! Mais bon, c'est la vie. En tout cas, même si je ne suis pas aussi proche de l'un que de l'autre, j'essaie toujours de leur montrer que malgré tout, je les aime, et qu'ils comptent pour moi, et ça, c'est le plus important.

    En tout cas, je te souhaite que tout aille pour le mieux par la suite et que, peut-être, tu aies l'occasion de renouer avec ton frère :)

    Gros bisous ma belle (◡‿◡✿)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les relations évoluent avec le temps, avec nos caractères, nos modes de vie. Mais qui sait, dans l'avenir tu seras peut-être proche des deux, en même temps ! (C'est d'ailleurs tout ce que je te souhaite !)

      Quand a moi, de mon coté, après avoir écrit cet article, j'ai eu mon petit frère au téléphone et je prépare une petite visite chez lui, il n'est jamais trop tard ♥

      Supprimer
  3. C'est magnifique Gladys... Tes écrits touchent un point sensible.... Merci d'écrire, cela permet aussi d'exorciser des souffrances enfouies... Tu es forte, tu es courageuse et surtout... tu es une Belle Âme et un Grand Coeur ! Ton petit Frère a bien de la Chance de t'avoir ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces gentils mots ♥
      Ce sont des relations un peu destructrices et sensibles... Mais l'écriture reste un des meilleurs moyens que je connaisse pour exorciser tout ça !

      Supprimer
  4. Ton article est très touchant, je ne connais pas cette souffrance , j'ai de la chance d'avoir deux parents qui s'aiment et d'être très proche de mon petit frère et de ma petite soeur. Mais pour toi, il n'est peut être pas trop tard pour lui dire tout ça et je suis sure qu'il comprendra. Tu as le mérite de prendre du recul et de te rendre compte de la situation. Je te fais de gros bisous et te souhaite une relation plus forte avec ton frère <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi qu'il n'est pas trop tard et qu'il ne m'en voudra pas trop longtemps... Il prendra le temps qu'il lui faudra, mais je pense que nous avons perdu déjà assez de temps...
      Merci ♥

      Supprimer
  5. Avec ma propre histoire, je me retrouve dans ton article ; la peur de l'abandon, le besoin d'affection, le fait qu'en tant qu'enfant ce n'est pas notre faute alors que j'ai eu tendance à culpabiliser très longtemps (et sûrement encore un peu).
    J'ai tout simplement envie de t'envoyer toute la bienveillance possible, et de te féliciter pour t'être remise en question vis à vis de ton frère. Tu as fait de ton mieux à un moment où tu avais besoin de te protéger toi en première, ne sois pas trop dure avec toi-même (et d'un côté je te comprends, à ma façon je culpabilise encore d'avoir "abandonné" mon frère et ma sœur pour pouvoir être mieux moi-même, au lieu de rester pour les protéger et les défendre).
    Ce qui compte désormais, ce n'est pas ce qu'il s'est passé et encore moins ce qui aurait pu se passer si les choses avaient été différentes - le plus important, c'est la relation que vous pouvez avoir maintenant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À chaque commentaire, quand je te lis, je me dis que nous avons des histoires un peu similaires... Je comprends en te lisant que tu comprends et partages bien de points de mes articles... Malheureusement !

      Je te souhaite à toi également, toute la force et la bienveillance nécessaire. Je sais que par moments, tout ça nous rattrape et faire face est dur ! ♥♥♥

      Supprimer
  6. Je ne sais pas trop quoi dire, tout cela est très triste. Ce dont je suis certain, c'est que tu es sur la bonne voie. Parler comme tu le fais prouve que tu es vraiment une personne bien ! Te remettre en question, vouloir faire le bien autour de toi, si seulement tout le monde faisait comme ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas être vraiment quelqu'un de bien. J'essaie de le devenir, mais personne n'est parfait et je pense que j'ai beaucoup, beaucoup de chemin à faire...
      Merci pour tes gentils mots ♥

      Supprimer
  7. très bel article!!!! très émouvant...

    RépondreSupprimer
  8. Trés beau texte, vraiment c'est peut être -pour moi- le plus émouvant de ton blog.
    Et ton avant dernier paragraphe sur les pères qui sont là mais en même temps non je partage à 100% mais je m'étalerais pas plus... Bisous & à mardi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois bien ce que tu veux dire...
      Tiens, pour toi: ♥♥♥♥♥♥

      A bientot !

      Supprimer
  9. C'est bien de le dire et l'écrire, c'est important. Belle déclaration 💙

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant, il faut agir, c'est encore mieux ! ♥

      Supprimer