Chère liberté

12:19 Glad Wood 0 Comments

Depuis que je suis petite, j'entends que nous avons la chance de vivre dans un pays "riche", "moderne" que nous avons une "liberté". J'y ai cru, comme beaucoup. Pendant des années. Et puis, en grandissant, je me suis rendu compte qu'aller faire mes courses quand je voulais, ou je voulais, acheter ce que je voulais (si tu as les finances, oui...) ce n'était pas de la liberté.
L’état nous laisse croire à une certaine liberté. À l'égalité. Comme pour endormir le peuple avec de belles promesses, paroles. La réalité est tout autre. Nous ne sommes rien. Ils sont tout. C'est de plus en plus flagrant mais pourtant j'ai l'impression que le peuple dort encore. Il faut dire aussi, que tout le monde prends soin de garder le peuple sous silence. On emprisonne ceux qui se rebellent, on endort les autres... À coups de "divertissements" idiots. D’événements sportifs, de terrorisme, histoire de gentiment mettre un climat de peur. Un climat de haine entre les gens. Diviser pour mieux régner, tel est le mot d'ordre. Et ça fonctionne. Car ceux qui gobent ce que la télé lui dit, dira de ceux et celles qui s'insurgent qu'ils sont fous. "Encore un avec sa théorie du complot"
Malheureusement, personne ou trop peu de gens, cherchent à se renseigner en dehors de nos médias. (39eme au classement mondial de la liberté de la presse)

Plus haut, on décide des images qu'on montre. On change aussi le contexte. Le message. On critique ceux et celles qui balancent les vraies infos sur le net. Parce que, c'est bien connu : seule la TV détient la vérité absolue. 

Ceci est assez général. Mais, qu'en est-il de mon ressenti sur MA liberté ? Et votre ressenti, sur VOTRE liberté ? Personnellement : Je ne me sens pas libre. Et c'est le cas pour beaucoup. 

Si j'étais réellement libre, je n'aurais pas la moindre crainte d'écrire et publier cet article. Je n'aurai pas peur de dire que l'état (qui que se soit au pouvoir) est un danger pour nous, nos droits, nos libertés. Je n'aurais pas peur de finir en prison parce que je défends les animaux. Si j'étais libre, je n'aurais pas quelqu'un de désigné à ma surveillance. Je n'aurais pas peur des forces de l'ordre et de leurs violences. Savez-vous comme c'est frustrant de les voir, taper sur des activistes, impuissants ? L'état d'urgence, oui. Ou, comment faire passer la privation de votre liberté tranquillement, pour vous faire croire que c'est pour votre sécurité... Mais ce n'est pas grave, regardez, Cyril Hannouna vient encore de faire un truc super-débile ! -On passe à autre chose-
Pensez-y, sérieusement. Vous n’êtes libre que de faire ce que plus haut on attend de vous. 

 LIBERTÉ (dans ton bocal) 
              ÉGALITÉ (de surface, pour faire plaisir) 
   FRATERNITÉ (faut pas pousser)

En 2017, partout dans le monde, la liberté n'est qu'un leurre. Certains sont en prison, pour avoir voulu venir en aide à des gens dans le besoin. Certains se font bombarder et personne ne dit rien. Certains sont enfermés dans des camps de concentration parce qu'ils aiment... D'autres sont à la rue, devant ton nez et tu l'ignores. Des milliards d'animaux perdent la vie dans des camps et tout le monde s'en fout.  Des personnes ont disparu parce qu'elles avaient des médias, radios, alternatives, "pirates" avec d'autres informations que celle qu'on nous sert au 20h. En 2017, s'exprimer, est un danger.

Leshia Evans fait face aux policiers pour dénoncer le racisme des forces de l'ordre.

Je vomit cette société. Je vomit cette surconsommation qu'on nous vend comme nécessaire à notre bonheur. Les gens sont trop obnubilés par leurs petits plaisirs pour venir en aide aux autres. Je vomit cette jeunesse complètement en dehors des réalités. Je vomis ce système corrompu. Je vomis mon pays. Je préfère être aux yeux des autres, une folle, une marginale, plutôt que d'être une endormie.
Je me vomi, moi. D’être encore trop dans la peur de ce qu'on inculque depuis notre enfance. J'ai souvent peur de ce qui va me tomber dessus. J'ai souvent peur de l'avenir parce que j'ai désobéis. Je n’arrêterai pas, parce que il faut désobéir aux injustices pour avoir du changement, mais les convictions, n’empêche pas la peur. Je me vomi d'avoir mis autant de temps a ouvrir les yeux sur notre monde. D'avoir mis du temps a sortir de ma zone de confort. Je me vomi d'avoir était une endormi. 
Tess Asplund contre le leader du mouvement fasciste de Suede. 

Arrêtons de tout prendre à la légère. N'écoutons pas les médias. Arrêtons de croire qu'une élection présidentielle changera la donne pour nous, ceux du bas. Arrêtons de participer au système. Apprenez à vivre autrement. Vivre dans notre société, en y participant, le moins possible. 
Arrêtons d'avoir peur.

You Might Also Like

0 commentaires: