19 décembre 2016.

17:29 Glad Wood 14 Comments

J'ai longtemps hésité avant d'écrire sur ce sujet. Beaucoup ici, sur les réseaux sociaux, dans ma vie, n'ont pas compris mon changement radical de discours. Mes prises de positions fermes, mes émotions... Tout simplement, car peu de gens savent ce qui a changé dans mon véganisme, dans ma manière de vivre et voir les choses. Il y a un peu plus d'un an, j'avais peur de dire que j'étais végane. Je disais "végétarienne en transition" et aujourd'hui, j'assume complètement l'étiquette de "Végane radicale". 
Ce changement radical est né le 19 décembre 2016. Dans un lieu sordide, dans la souffrance, le sang et la mort. Depuis des mois je scandais dans la rue "FERMONS LES ABATTOIRS" en ayant finalement aucune idée de ce qu'était réellement un abattoir. Bien sûr, j'avais vu des vidéos, je pensais savoir ce que c'était, mais la réalité est pire. Ce matin-là, en courant pour y rentrer j'ai failli vomir. J'ai voulu prendre une respiration pour finir cette course morbide et l'odeur de la mort m'a envahie. A ce moment là, j'ai compris : tout cela est réel. Réel, banalisé, légal. 
Quand la porte s'est ouverte sur leur corps encore chaud, suspendus au-dessus de leur sang, je n'ai pu retenir mes larmes. Ce jour-là, mon cœur s'est vidé. Mon âme m'a quitté. Une partie de moi est restée entre ces murs. Je ne la récupérerai jamais. Elle vous appartient, elle partage vos derniers moments dans ce monde, vous, victimes de l'homme. Victimes de notre société. Vous, le peuple animal qu'on massacre en toute tranquillité...


Je le revis trop souvent, sans le vouloir. Toujours les mêmes images. Vos pauvres petits corps lourds, le sang. La tête qu'on te coupe et qu'on enfonce sur un pic. La chaîne qui ne s’arrête pas, malgré notre présence. Les bouts de vos corps qu'ils coupent comme si vous n'étiez rien. Leurs rires. Leurs insultes, alors qu'ils sont recouverts de sang. De votre sang. L'odeur. Celle que j'arrive aujourd'hui à reconnaître dès que je passe près d'un de ces lieux sans cœur. Sans respect. Sans logique, sans humanité. Sans empathie. Sans justice. Si vous saviez comme je vous pleure, tous. Si vous saviez comme j'ai honte de faire partie de leur espèce. Si vous saviez... Nous sommes désolés. Tellement...
Au milieu de cet enfer, lorsque la chaîne d’abattage s'est mise en pause quelques minutes, je t'avais en face de moi. Ton corps s'est vidé et je n'ai pas pu retenir un cri de douleur. Et je t'ai fait une promesse, ne pas oublier ton "numéro", seule identité que vous avez. J'ai tenu ma promesse, tu sais... Et bientôt, ton numéro sera sur ma peau. A jamais, c'est tout ce qu'il me reste.  

Une des victimes de l'abattoir de Bigard de Cuiseaux (71) 


Peu importe l'abattoir, peu importe les "normes", peu importe les villes, la taille, les animaux qui s'y trouvent, ils ne sont rien d'autre que des murs emplis de souffrance. De peur, de sang, de mort. D'inhumanité. Alors oui, je suis extrême et oui je vous juge. Et je devrais m'en excuser ?

Qui s'excuse pour ceux qui meurent chaque jour ?

Et vous, qui pensez sincèrement que seul le boycott suffit... Croyez-vous que le pourcentage de personnes ne consommant plus de produits d'origine animale change réellement quelque chose pour eux ? Regardez-les, vous le voyez le changement ? 


 Blocage de l'abattoir Palmid'Or par l'association 269 Life Libération Animale.
 Blocage de l'abattoir Palmid'Or par l'association 269 Life Libération Animale.
 Blocage de l'abattoir Charal à Metz par l'association 269 Life Libération Animale.
Blocage de l'abattoir Tradival par l'association 269 Life Libération Animale.

Vos cris m'accompagnent la nuit. Vos regards. Votre douleur. Je repense aux bouveries. À votre attente. Votre inconfort. Ce silence, lourd. Le regard de cette belle vache, qui ne nous aura pas quitté dans la bouverie de Metz. Debout sur un corps fragile. Vos câlins au travers des barreaux, les seuls moments d'amour dans ces lieux, se dégagent de vous. Vous, les résistants de l'ombre. Ceux que la société nous cache. Ils vous donnent naissance et le lendemain prévoient votre date de mort. Ils vous séparent de vos enfants. Les tuent. Encore et encore... Ils effacent votre sensibilité. Vous prive d'identité. Nous, nous voulons crier au monde entier que vous êtes aussi sensible que leurs chiens, chats... Que vous avez le droit de vivre. Que vous le MÉRITEZ ! 

Ce 19 décembre, m'a changé. Il m'a détruite. Et chaque abattoir, chaque action me détruit un peu plus. Mais cela me donne la force de continuer, de sortir de ma zone de confort pour venir auprès de vous, dans ces enfers crées par l'homme. Je ne suis pas extrémiste, je suis raisonnable. Je suis humaine. C'est vous, qui riez, qui niez, qui êtes extrémistes. N'oubliez jamais, que l'ennemi n'est pas celui en face de vous. L'ennemi est plus haut. La guerre ne se fait pas sur Facebook. La guerre se fait avec eux. Auprès d'eux. Ce texte n'est pas un acte de militantisme. Ce texte n'est qu'une pensée parmi d'autres. 
Crédit photo : 269 Life Libération Animale. 

Petit + : Dans cet article je fais référence aux actions de désobeissances civiles et j'utilise les photos de l'association antispéciste et abolitionniste 269 Life Libération Animale. S'il vous plaît, n'oubliez pas que 269 Life Libération Animale est une association qui possède deux sanctuaires ou  plus d'une centaine  d'animaux vivent libres. Ils ont besoin de nous, de vous pour prendre soin des animaux qu'ils ont sorti de l'enfer. Merci d'avance pour eux

You Might Also Like

14 commentaires:

  1. Tu m'as mis les larmes aux yeux avec ton histoire... :'(
    Je comprends ton militantisme face à ce que tu as vécu. Penses-tu que tout le monde devrait vivre ce que tu as vécu pour que le monde change ? Si oui, comment faire ?
    Je ne sais pas comment faire passer le message autours de moi, les gens ne veulent même pas voir cela, ou comprendre ! Ils ont un voile devant les yeux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te "rassure" j'ai pleuré en l'écrivant...

      Je ne sais pas si ça changerait tout le monde. Certaines personnes sont complètement dans le déni (les bouchers, les employés d'abattoirs, certains éleveurs, les chasseurs...) pour les gens qui travaillent avec des cadavres d'animaux, tout cela est complètement banale, alors eux, ça ne provoquerait aucun changement, ou sur très peu de personnes, on a déjà vu des employés d'abattoirs devenir végétarien...

      Mais surtout, ce qu'il faudrait c'est que la cause animale, l'antispécisme attaque directement le système. La sensibilisation n'est plus suffisante, les animaux ne peuvent plus attendre...

      Supprimer
  2. Réponses
    1. ♥ (Merci du réconfort après cette terrible épreuve !)

      Supprimer
  3. C'est dur d'être confronté à ces dilemmes, je ne sais pas s'il existe une solution ou une manière de penser qui résoudrait tous les soucis. D'un côté je souhaite qu'il n'y ait pas de souffrance du tout mais de l'autre je me dis qu'on ne peut exiger que 100% de la population mondiale devienne végane. Les animaux aussi se mangent entre eux parfois et la nature est parfois violente, même si ça n'a rien à voir avec ce qui se passe dans les abattoirs. D'un côté je souhaite que nous soyons considérés comme égaux par rapport aux animaux et de l'autre je me dis mais alors pourquoi nous ne pourrions pas manger d'autres espèces comme eux le font ? Même si, encore une fois, nous ne le faisons pas de la même manière et que c'est peut-être ça le problème.

    Ou alors faut-il dire que la position dominante de notre espèce nous impose des responsabilités, mais cela reviendrait aussi à dire que les humains ont une intelligence supérieure. Moi je préfère dire que nous avons évolué d'une certaine façon qui nous permet d'exercer un contrôle sur le reste du monde. Preuve d'ailleurs que ce n'est pas forcément de l'intelligence vu toutes les horreurs causées par l'espèce humaine.

    Bref, beaucoup de questions et peu de réponses définitives pour moi. Si seulement on pouvait déjà atteindre une vraie amélioration du sort des animaux, ce serait déjà beaucoup vu la tournure des évènements.

    J'avais aussi mis un commentaire à l'article précédent mais si ça se trouve j'ai gaffé et je ne l'ai pas validé. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, effectivement, beaucoup de questions. Je ne pense pas que nous sommes supérieurs, nous évoluons différemment des autres espèces, c'est un fait, mais notre évolution écrase peut-être aussi toute évolution des autres espèces...

      Rendre l'ensemble de l'humanité végane, c'est une utopie. Et si un jour, c'est réel, nous ne serons plus de ce monde depuis longtemps... Ça semble bête, mais je préférerais qu'il n'y ait plus d'élevages, d'abattoirs et que les personnes voulant malgré tout consommer des animaux se demerdent. Qu'ils tuent eux même. Et la, déjà, la population se tournerai sans doute plus facilement vers le végétal. J'en sais rien...

      C'est difficile de se faire des idées vu comment tout se passe aujourd'hui...

      Supprimer
  4. Dommage que tu sois si loin de chez moi <3

    RépondreSupprimer
  5. "J'ai", "Je", "Moi" Encore une belle vegan égocentrique ça!

    Et puis cet étalage en mode "je suis pas une militante de merde" affligeant. Pathétique et insupportable. Personne ne te demande d'aller dans des abattoirs petite. Reste chez toi si après t'assume rien.

    Vous faites honte au mouvement. Vous ne faites rien de plus que les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux.
      Je vois pas quoi te dire de plus. C'est tellement plus simple de dire que c'est de l'égocentrisme plutôt que de se remettre réellement en question.

      En attendant, la petite et ses petits potes sont bien obligé de se bouger le cul pour les animaux. Ouvre ton cerveau pendant ce temps, ça sera déjà pas mal.

      Bref. J'ai vraiment pas envie de te répondre, alors on en reste là. Pas de bisous, vilain méchant.

      Supprimer
  6. Merci pour cette article. Depuis plusieurs mois j'ai beaucoup de difficultés avec ton veganisme. Notamment sur les réseaux sociaux. Je te trouve dans la colere le jugement et je me sens vise à chaque statut. Apres lecture, je comprend mieux ta position. Je pense que oui tu es revenue détruite de çà. Et vu ce que tu raconte c'est plus que compréhensible. Les activistes et toi qui avez vu ce genre de choses devaient être au niveau au dessus niveau agressivité et peine que les autres pour ça que vous avez l'air si en colère et c'est pas un reproche maintenant je comprend. Mais prends soin de toi, ne te détruit pas. C'est important.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. Effectivement, beaucoup comme toi ne comprennent pas mes mots, mes humeurs, alors j'avais envie de revenir sur ça. Heureuse que tu ai pris le temps de me lire.
      Bisous.

      Supprimer
  7. Je pensais ne pas avoir validé mon commentaire sur l'article précédent après avoir attendu pendant deux mois une réponse, mais je suis certain d'avoir validé celui sur cet article. Je pense donc que c'est par manque de temps que tu ne réponds pas à tous les commentaires, en plus les miens sont assez longs. Mais ça fait drôle quand même de te voir répondre à un commentaire agressif et d'en laisser d'autres non agressifs de côté.

    Je ne commenterai plus mais je te souhaite une bonne continuation, en espérant que le sort des animaux s'améliore rapidement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dit en privé, je préfère prendre le temps de répondre correctement aux commentaires intéressants, constructifs, qu'aux idiots rageux.

      Désolé donc☺️

      Supprimer

19 décembre 2016.

J'ai longtemps hésité avant d'écrire sur ce sujet. Beaucoup ici, sur les réseaux sociaux, dans ma vie, n'ont pas compris mon changement radical de discours. Mes prises de positions fermes, mes émotions... Tout simplement, car peu de gens savent ce qui a changé dans mon véganisme, dans ma manière de vivre et voir les choses. Il y a un peu plus d'un an, j'avais peur de dire que j'étais végane. Je disais "végétarienne en transition" et aujourd'hui, j'assume complètement l'étiquette de "Végane radicale". 
Ce changement radical est né le 19 décembre 2016. Dans un lieu sordide, dans la souffrance, le sang et la mort. Depuis des mois je scandais dans la rue "FERMONS LES ABATTOIRS" en ayant finalement aucune idée de ce qu'était réellement un abattoir. Bien sûr, j'avais vu des vidéos, je pensais savoir ce que c'était, mais la réalité est pire. Ce matin-là, en courant pour y rentrer j'ai failli vomir. J'ai voulu prendre une respiration pour finir cette course morbide et l'odeur de la mort m'a envahie. A ce moment là, j'ai compris : tout cela est réel. Réel, banalisé, légal. 
Quand la porte s'est ouverte sur leur corps encore chaud, suspendus au-dessus de leur sang, je n'ai pu retenir mes larmes. Ce jour-là, mon cœur s'est vidé. Mon âme m'a quitté. Une partie de moi est restée entre ces murs. Je ne la récupérerai jamais. Elle vous appartient, elle partage vos derniers moments dans ce monde, vous, victimes de l'homme. Victimes de notre société. Vous, le peuple animal qu'on massacre en toute tranquillité...


Je le revis trop souvent, sans le vouloir. Toujours les mêmes images. Vos pauvres petits corps lourds, le sang. La tête qu'on te coupe et qu'on enfonce sur un pic. La chaîne qui ne s’arrête pas, malgré notre présence. Les bouts de vos corps qu'ils coupent comme si vous n'étiez rien. Leurs rires. Leurs insultes, alors qu'ils sont recouverts de sang. De votre sang. L'odeur. Celle que j'arrive aujourd'hui à reconnaître dès que je passe près d'un de ces lieux sans cœur. Sans respect. Sans logique, sans humanité. Sans empathie. Sans justice. Si vous saviez comme je vous pleure, tous. Si vous saviez comme j'ai honte de faire partie de leur espèce. Si vous saviez... Nous sommes désolés. Tellement...
Au milieu de cet enfer, lorsque la chaîne d’abattage s'est mise en pause quelques minutes, je t'avais en face de moi. Ton corps s'est vidé et je n'ai pas pu retenir un cri de douleur. Et je t'ai fait une promesse, ne pas oublier ton "numéro", seule identité que vous avez. J'ai tenu ma promesse, tu sais... Et bientôt, ton numéro sera sur ma peau. A jamais, c'est tout ce qu'il me reste.  

Une des victimes de l'abattoir de Bigard de Cuiseaux (71) 


Peu importe l'abattoir, peu importe les "normes", peu importe les villes, la taille, les animaux qui s'y trouvent, ils ne sont rien d'autre que des murs emplis de souffrance. De peur, de sang, de mort. D'inhumanité. Alors oui, je suis extrême et oui je vous juge. Et je devrais m'en excuser ?

Qui s'excuse pour ceux qui meurent chaque jour ?

Et vous, qui pensez sincèrement que seul le boycott suffit... Croyez-vous que le pourcentage de personnes ne consommant plus de produits d'origine animale change réellement quelque chose pour eux ? Regardez-les, vous le voyez le changement ? 


 Blocage de l'abattoir Palmid'Or par l'association 269 Life Libération Animale.
 Blocage de l'abattoir Palmid'Or par l'association 269 Life Libération Animale.
 Blocage de l'abattoir Charal à Metz par l'association 269 Life Libération Animale.
Blocage de l'abattoir Tradival par l'association 269 Life Libération Animale.

Vos cris m'accompagnent la nuit. Vos regards. Votre douleur. Je repense aux bouveries. À votre attente. Votre inconfort. Ce silence, lourd. Le regard de cette belle vache, qui ne nous aura pas quitté dans la bouverie de Metz. Debout sur un corps fragile. Vos câlins au travers des barreaux, les seuls moments d'amour dans ces lieux, se dégagent de vous. Vous, les résistants de l'ombre. Ceux que la société nous cache. Ils vous donnent naissance et le lendemain prévoient votre date de mort. Ils vous séparent de vos enfants. Les tuent. Encore et encore... Ils effacent votre sensibilité. Vous prive d'identité. Nous, nous voulons crier au monde entier que vous êtes aussi sensible que leurs chiens, chats... Que vous avez le droit de vivre. Que vous le MÉRITEZ ! 

Ce 19 décembre, m'a changé. Il m'a détruite. Et chaque abattoir, chaque action me détruit un peu plus. Mais cela me donne la force de continuer, de sortir de ma zone de confort pour venir auprès de vous, dans ces enfers crées par l'homme. Je ne suis pas extrémiste, je suis raisonnable. Je suis humaine. C'est vous, qui riez, qui niez, qui êtes extrémistes. N'oubliez jamais, que l'ennemi n'est pas celui en face de vous. L'ennemi est plus haut. La guerre ne se fait pas sur Facebook. La guerre se fait avec eux. Auprès d'eux. Ce texte n'est pas un acte de militantisme. Ce texte n'est qu'une pensée parmi d'autres. 
Crédit photo : 269 Life Libération Animale. 

Petit + : Dans cet article je fais référence aux actions de désobeissances civiles et j'utilise les photos de l'association antispéciste et abolitionniste 269 Life Libération Animale. S'il vous plaît, n'oubliez pas que 269 Life Libération Animale est une association qui possède deux sanctuaires ou  plus d'une centaine  d'animaux vivent libres. Ils ont besoin de nous, de vous pour prendre soin des animaux qu'ils ont sorti de l'enfer. Merci d'avance pour eux

Share This Article:

,

CONVERSATION

14 commentaires :

  1. Tu m'as mis les larmes aux yeux avec ton histoire... :'(
    Je comprends ton militantisme face à ce que tu as vécu. Penses-tu que tout le monde devrait vivre ce que tu as vécu pour que le monde change ? Si oui, comment faire ?
    Je ne sais pas comment faire passer le message autours de moi, les gens ne veulent même pas voir cela, ou comprendre ! Ils ont un voile devant les yeux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te "rassure" j'ai pleuré en l'écrivant...

      Je ne sais pas si ça changerait tout le monde. Certaines personnes sont complètement dans le déni (les bouchers, les employés d'abattoirs, certains éleveurs, les chasseurs...) pour les gens qui travaillent avec des cadavres d'animaux, tout cela est complètement banale, alors eux, ça ne provoquerait aucun changement, ou sur très peu de personnes, on a déjà vu des employés d'abattoirs devenir végétarien...

      Mais surtout, ce qu'il faudrait c'est que la cause animale, l'antispécisme attaque directement le système. La sensibilisation n'est plus suffisante, les animaux ne peuvent plus attendre...

      Supprimer
  2. Réponses
    1. ♥ (Merci du réconfort après cette terrible épreuve !)

      Supprimer
  3. C'est dur d'être confronté à ces dilemmes, je ne sais pas s'il existe une solution ou une manière de penser qui résoudrait tous les soucis. D'un côté je souhaite qu'il n'y ait pas de souffrance du tout mais de l'autre je me dis qu'on ne peut exiger que 100% de la population mondiale devienne végane. Les animaux aussi se mangent entre eux parfois et la nature est parfois violente, même si ça n'a rien à voir avec ce qui se passe dans les abattoirs. D'un côté je souhaite que nous soyons considérés comme égaux par rapport aux animaux et de l'autre je me dis mais alors pourquoi nous ne pourrions pas manger d'autres espèces comme eux le font ? Même si, encore une fois, nous ne le faisons pas de la même manière et que c'est peut-être ça le problème.

    Ou alors faut-il dire que la position dominante de notre espèce nous impose des responsabilités, mais cela reviendrait aussi à dire que les humains ont une intelligence supérieure. Moi je préfère dire que nous avons évolué d'une certaine façon qui nous permet d'exercer un contrôle sur le reste du monde. Preuve d'ailleurs que ce n'est pas forcément de l'intelligence vu toutes les horreurs causées par l'espèce humaine.

    Bref, beaucoup de questions et peu de réponses définitives pour moi. Si seulement on pouvait déjà atteindre une vraie amélioration du sort des animaux, ce serait déjà beaucoup vu la tournure des évènements.

    J'avais aussi mis un commentaire à l'article précédent mais si ça se trouve j'ai gaffé et je ne l'ai pas validé. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, effectivement, beaucoup de questions. Je ne pense pas que nous sommes supérieurs, nous évoluons différemment des autres espèces, c'est un fait, mais notre évolution écrase peut-être aussi toute évolution des autres espèces...

      Rendre l'ensemble de l'humanité végane, c'est une utopie. Et si un jour, c'est réel, nous ne serons plus de ce monde depuis longtemps... Ça semble bête, mais je préférerais qu'il n'y ait plus d'élevages, d'abattoirs et que les personnes voulant malgré tout consommer des animaux se demerdent. Qu'ils tuent eux même. Et la, déjà, la population se tournerai sans doute plus facilement vers le végétal. J'en sais rien...

      C'est difficile de se faire des idées vu comment tout se passe aujourd'hui...

      Supprimer
  4. Dommage que tu sois si loin de chez moi <3

    RépondreSupprimer
  5. "J'ai", "Je", "Moi" Encore une belle vegan égocentrique ça!

    Et puis cet étalage en mode "je suis pas une militante de merde" affligeant. Pathétique et insupportable. Personne ne te demande d'aller dans des abattoirs petite. Reste chez toi si après t'assume rien.

    Vous faites honte au mouvement. Vous ne faites rien de plus que les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux.
      Je vois pas quoi te dire de plus. C'est tellement plus simple de dire que c'est de l'égocentrisme plutôt que de se remettre réellement en question.

      En attendant, la petite et ses petits potes sont bien obligé de se bouger le cul pour les animaux. Ouvre ton cerveau pendant ce temps, ça sera déjà pas mal.

      Bref. J'ai vraiment pas envie de te répondre, alors on en reste là. Pas de bisous, vilain méchant.

      Supprimer
  6. Merci pour cette article. Depuis plusieurs mois j'ai beaucoup de difficultés avec ton veganisme. Notamment sur les réseaux sociaux. Je te trouve dans la colere le jugement et je me sens vise à chaque statut. Apres lecture, je comprend mieux ta position. Je pense que oui tu es revenue détruite de çà. Et vu ce que tu raconte c'est plus que compréhensible. Les activistes et toi qui avez vu ce genre de choses devaient être au niveau au dessus niveau agressivité et peine que les autres pour ça que vous avez l'air si en colère et c'est pas un reproche maintenant je comprend. Mais prends soin de toi, ne te détruit pas. C'est important.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. Effectivement, beaucoup comme toi ne comprennent pas mes mots, mes humeurs, alors j'avais envie de revenir sur ça. Heureuse que tu ai pris le temps de me lire.
      Bisous.

      Supprimer
  7. Je pensais ne pas avoir validé mon commentaire sur l'article précédent après avoir attendu pendant deux mois une réponse, mais je suis certain d'avoir validé celui sur cet article. Je pense donc que c'est par manque de temps que tu ne réponds pas à tous les commentaires, en plus les miens sont assez longs. Mais ça fait drôle quand même de te voir répondre à un commentaire agressif et d'en laisser d'autres non agressifs de côté.

    Je ne commenterai plus mais je te souhaite une bonne continuation, en espérant que le sort des animaux s'améliore rapidement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dit en privé, je préfère prendre le temps de répondre correctement aux commentaires intéressants, constructifs, qu'aux idiots rageux.

      Désolé donc☺️

      Supprimer