Parce que je suis une femme...

14:34 Glad Wood 2 Comments

Parce que je suis une femme, j'ai des tonnes de craintes, de doutes, de remises en question. Parce que je suis une femme, aujourd'hui, je m'autorise ces quelques lignes...


Parce que je suis une femme, je suis pleine de complexes à cause de cette société qui nous dit quel corps avoir, depuis que je suis jeune. Société qui inculque la même chose à nos mères, femmes aussi et qui, pour certaines, ne se gênent pas pour avoir des paroles dures. Parce que je suis une femme, j'ai volontairement caché mon corps sous une tonne d'épaisseur, de vêtements larges car je ne suis pas et ne serais jamais comme les femmes qu'on nous montre comme "standard de beauté". Aujourd'hui, parce que je suis une femme, j'essaie de me sortir ces idées de la tête et de vivre comme je l'entends, avec mon corps tel qu'il est. Et, soyons honnête, parce que mon homme m'aide énormément. 


Parce que je suis une femme, on a souvent remis ma parole, mes choix et mes convictions en cause. Parce que je suis une femme, on en a même ri. Alors, j'ai volontairement mis de côté ma féminité. Parce que je suis une femme, que j'ai un cerveau et les capacités nécessaires à penser, choisir, je ne veux pas que l'on s'arrête à mon physique. J'ai des choses à dire, à apporter, mais parce que je suis une femme, pour certaines personnes, c'est du vent. Comme si nos sexes étaient des motifs de considération. Ça a fonctionné un certain temps. Mais, parce que je suis une femme on a fini par juger mon manque de féminité, mon manque de "coquetterie". Comme si être une femme c'était avoir des cheveux longs, des robes et des talons. Parce que je suis une femme, je porte ce que je souhaite. Comme je le souhaite, quand je le souhaite. Vous n'avez aucun droit sur ma manière d'être physiquement, justement parce que je suis une femme.


Parce que je suis une femme, je me suis sentie trop souvent en insécurité. Partout. Dans un bar, dans une soirée, dans la rue, les transports en commun, peu importe l'endroit. Parce que être une femme est un signe de faiblesse pour certains hommes. Ils pensent pouvoir obtenir de nous ce qu'ils souhaitent. Pour eux, notre avis n'a pas d'importance, parce que nous sommes des femmes. Mais parce qu'il existe des hommes bien, j'ai souvent échappé au pire. Venu de nulle part, des inconnus ou non, qui se révoltent de voir certaines choses, comportements envers nous, femmes. À eux merci. 
Parce que je suis une femme, qui réclame l'égalité des sexes, je suis capable de ne pas faire de généralités. Je sais qu'il existe des hommes normaux, qui ne font pas de différence entre les sexes. 
Je partage ma vie depuis 6 ans avec l'un d'eux.


Parce que je suis une femme, les gens jugent ma vie personnelle. Je ne veux ni mariage, ni enfant. Et pour beaucoup, parce que je suis une femme, parce que je suis capable physiquement de procréer, je devrais le vouloir. Mais, parce que je suis une femme, parce que mon corps est le mien, j'ai le droit de choisir, tout simplement. Il y a un monde entre le fait de pouvoir et de le vouloir.


Mais, parce que nous sommes des femmes, nous continuons de vivre et de s'amuser dans une société qui nous écrase, la plupart du temps. Parce que nous sommes des femmes, différentes, parce que nous ne sommes pas qu'un physique nous avons le droit aujourd'hui, de dire merde. Juste, merde

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas les mots, alors juste MERCI pour cet article ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Avec plaisir", même si dans l'idéal, ce type d'article n'aurait pas lieu d'exister...

      Supprimer

Laissez un petit mot ♥